Bande dessinée Littérature québécoise Nouveauté Quoi lire?

La vingt

Une jeune femme dans la vingtaine fait le trajet entre Québec et Montréal. En compagnie d’inconnus dans un Amigo Express, elle réfléchit à sa vie à l’aube des amitiés, amours, études et projets qui la ponctuent. En regardant filer et défiler poteaux électriques et lampadaires, elle décrit avec douceur et franchise les hauts et les bas d’un âge ponctué autant par l’étendue des possibles que par un mal-être post-adolescence vraisemblablement universel. Se confiant sur ses deuils, dépressions et désirs sexuels, la narratrice réfléchit son paysage intérieur sans fard ni voyeurisme, avec un regard à la fois mature et tendre.  

Extrait de La vingt d’Audrey Beaulé

Artiste visuelle, designer graphique et féministe passionnée par les questions d’agentivité, d’émancipation et les enjeux queer, Audrey Beaulé propose avec La vingt un magnifique voyage entre la vingtaine et l’horizon, la noirceur et la douceur. À travers des courts chapitres mêlant souvenirs d’enfance, exploration d’un présent compliqué et désirs d’avenirs brumeux, on découvre un personnage féminin fort qui se questionne et trouve, au fil des kilomètres, des bouts de stabilité, comme des points de repère sur lesquels se reposer.  

Extrait de La vingt d’Audrey Beaulé

Pour cette première bande dessinée, l’auteure offre un récit en teintes de gris, dans un style intimiste qui allie – pour le plus grand plaisir des yeux – peintures, dessins et textes d’une grande justesse. Le talent de Beaulé est multiple et indéniable : derrière la simplicité des pages se devine une véritable réflexion artistique et littéraire.  

Extrait de La vingt d’Audrey Beaulé

Cette publication des éditions Mécanique générale est un beau petit chef d’œuvre. Je me suis plongée dans la lecture sans attente particulière, par curiosité, attirée par les visuels et la thématique, et me suis laissée embarquer avec plaisir sur l’autoroute des doutes et des questionnements. Je suis passée par toute une galerie d’émotions et ai tourné la dernière page avec une envie indescriptible, non seulement de partager ma lecture, mais aussi, et c’est peut-être le plus important quand on lit, avec cette impression de m’être fait une amie, d’avoir fait un bout de chemin avec quelqu’un.  

Crédit photo : Annick Lavogiez

Vous pourriez aussi aimer

Aucun commentaire

Écrire un commentaire