Quoi lire?

Ligne brisée

Ligne brisée

Ligne brisée est le premier roman de l’auteure Katherena Vermette, qui a auparavant signé le recueil de poésie North End Love Songs (2012), récipiendaire du Prix du Gouverneur général (Poésie – 2013). À travers ce premier roman, paru en anglais en 2016, l’auteure d’origine autochtone explore le lieu de sa naissance, Winnipeg, pour y raconter une histoire entre violence et amour, marquée par le racisme systémique et le besoin de guérison, les liens familiaux plus forts que tout et les déchirements intérieurs.

Livre à multiple narrateurs, Ligne brisée raconte l’histoire d’Emily, une jeune métisse victime d’une agression sexuelle d’une violence sans pareille. Au fil des chapitres, on découvre à la fois l’histoire de l’agression, mais aussi celle qui a formé les personnages qui la raconte, leur passé et leur présent, ainsi que la façon dont ils et elles vivent les contrecoups de cette agression. Chaque chapitre est narré par un personnage différent : les policiers en charge de l’enquête, l’agresseur(e), la victime, et surtout les proches de la victime. Et au-delà de leur quête de réponse quant à l’agression d’Emily, ces gens sont liés par une histoire commune, multigénérationnelle et plurifamiliale, où le passé n’est jamais très loin, et influence la façon dont chacun vit et aborde le présent. Les personnages sont confrontés à la violence vécue par celle autour de qui la famille se resserre, mais également à leur propre jugement, à leurs fantômes et leur peur d’avancer.

À travers ce premier roman, Vermette aborde brillamment les plaies encore vives du déchirement entre ville et forêt, entre traditions et besoin d’oublier en abandonnant tout derrière. L’auteure aborde les thèmes de la mort, la violence, la dépendance, la vulnérabilité, le viol, le deuil à la fois avec sensibilité et réalisme. À aucun moment a-t-on l’impression qu’on tente de rendre plus acceptable une dure réalité. Toutefois, jamais l’auteure se laisse aller au sensationnalisme : chaque ligne, chaque mot est empreint d’un réalisme qui rappelle constamment au lecteur et à la lectrice que bien que fictive cette histoire pourrait être vraie. Car si on retourne à la base de l’histoire, c’est en fait l’histoire d’une fille autochtone qui se fait violer et d’un policier blanc qui veut classer l’affaire au plus vite dans la catégorie « agression par un sauvage ». Une trame narrative qui n’est pas sans rappeler les violences quotidiennes vécues par les femmes autochtones et le racisme systémique marquant chacune de nos institutions. Malgré tout, on ne ressort pas de la lecture de Ligne brisée déconstruit.e, car au-delà d’une histoire sur fond de violence se trouve une histoire de résilience, d’amour familiale, de reconstruction de soi et d’acceptation (sans toutefois oublier).

 

  • Auteure : Katherena Vermette
  • Nombre de pages : 447 pages
  • Date de parution : 2017 (traduction)
  • Parution originale : 2016 (anglais)
  • Éditeur : Québec Amérique

Crédit photo : Andréanne Bissonnette

Vous pourriez aussi aimer

Aucun commentaire

Écrire un commentaire