Littérature québécoise Poésie Quoi lire?

La vie habitable – poésie en tant que combustible et désobéissances nécessaires

La poésie est l’opposé du capitalisme. La poésie est l’opposé du cynisme.

Véronique Côté est bien ancrée dans le domaine du théâtre québécois actuel. Comédienne, formée au Conservatoire d’art dramatique de Québec, elle est également metteure en scène (Attentat, 2014; Venir au monde, 2016) et auteure (Tout ce qui tombe, 2012; La fête sauvage, 2014; Attentat, 2014).

La vie habitable se dévore en deux temps trois mouvements. En fait, ce n’est pas une œuvre de dramaturgie, et ce n’est pas un recueil de poèmes. Ces quatre-vingt quinze pages ne font tout simplement que traiter de la vie. Entremêlées d’entrevues, de témoignages de praticiens ainsi que de magnifiques passages de l’auteure, le but de ce livre n’est que de nous faire reconnaitre l’essentiel de la vie : la poésie qui s’y cache et les liens que celle-ci forme chez nous tous.

Acheter ce livre en cliquant sur ce lien

La beauté de ce livre se trouve dans la façon dont on y traite les sujets les plus actuels – de la géopolitique à l’environnement, du printemps érable aux tragédies du 21e siècle – en faisant le lien avec la poésie.

Car la poésie, comme on a peut-être pu se méprendre, ne se compte pas en pied. La poésie n’est pas récitée. La poésie n’est pas rime, n’est pas syntaxe éclatée.

La poésie se retrouve dans les sourires et les larmes, dans les silences de foules, dans les nuits d’hiver, dans notre respiration et puis dans notre conscience de cette respiration. La poésie est impulsive, elle est la mine d’or de l’âme : elle est le cadeau que chaque humain porte en lui, qui permet le partage, qui permet nos soulèvements de masse et notre entraide; qui permet l’illumination du quotidien, mais qui, dans une société de consommation et de cynisme oppressant, est conditionnée à rester éteinte.

La vie habitable peut se comparer à un jus d’orange fraichement pressé ou encore à un massage crânien : simple, accessible, mais absolument réconfortant. Ces quelques pages ont su me pousser à apprécier, à remercier, à oser. À être attentive, à englober mon entourage, à voir la Beauté avec un grand «B».

La poésie est en chaque chose, chaque action, chaque endroit : il ne nous reste plus qu’à enlever nos verres fumés et à tendre vers elle, car comme le dirait Véronique Côté, elle reste notre seule arme.

Ensemble.

  • Auteur : Véronique Côté
  • Nombre de pages : 95 pages
  • Date de parution : novembre 2014
  • Éditeur : Atelier 10
  • Provenance du livre : celui-ci m’a été offert en cadeau

Crédit photo : Léa Saint-Pierre

Vous pourriez aussi aimer

Aucun commentaire

Écrire un commentaire