Littérature étrangère Quoi lire?

Kafka sur le rivage

Haruki Murakami est un auteur et traducteur japonais particulièrement connu pour sa série 1Q84. Avant d’aborder cette colossale trilogie bestseller, pourquoi ne pas entrer dans le monde de Murakami avec son roman Kafka sur le rivage 

Kafka est un adolescent de 15 ans qui prend la fuite, car son père l’a maudit avec une terrible prophétie. On retrouve donc le jeune garçon en errance à travers le Japon où il se lie d’amitié (ou même d’amour) avec une multitude de personnes qu’il croise.  

En parallèle, nous avons aussi l’histoire de Nakata qui est à la recherche de chats perdus. Il se lie d’amitié avec un chauffeur de camion et décide de le suivre dans son errance à travers le pays. 

D’abord, sans entrer à 100% dans l’univers fantastique, il est clair que Kafka sur le rivage s’ancre dans le réalisme magique. Même si on exclut les histoires de prophéties, il se passe une multitude d’événements autour de Kafka qui nous force à nous questionner sur le sens de ce qui peut arriver. Peut-on interpréter la réalité ? Peut-on croire tout ce que quelqu’un nous raconte ? La vérité de l’un peut-elle être le mensonge de l’autre ? Murakami utilise bien le flou de la magie pour semer le doute et faire réfléchir autant les personnages que le lecteur.  

La façon de raconter de Murakami est unique en soi également. L’auteur mélange beaucoup de styles littéraires dans sa narration post-moderne. C’est un agréable métissage de culture japonaise et de culture populaire occidentale.  

L’auteur aborde un grand éventail de thèmes comme l’amitié, l’amour, la famille, la sexualité, la foi, le destin et les objectifs qu’on se fixe dans une vie. Il brasse les cartes et nous offre cet intéressant amalgame qui, même s’il sonne chaotique, s’avère délicieux. 

Kafka sur le rivage est une œuvre complexe, certes, mais elle en vaut certainement le détour. Qui sait, peut-être qu’après cette incursion dans l’univers de l’auteur, vous aurez enfin envie d’attaquer son chef-d’œuvre 1Q84 

Crédit photo : Patrice Sirois

Vous pourriez aussi aimer

Aucun commentaire

Écrire un commentaire