Littérature étrangère Quoi lire?

Des histoires vraies

En parcourant Des histoires vraies, on a d’abord l’impression de se trouver intrusivement devant le journal intime de Sophie Calle. D’un côté du livre, des histoires et anecdotes personnelles, de l’autre des photographies souvent indiscrètes. Calle transcende ainsi, à l’aide de photographies et histoires autobiographiques, les épisodes quelconques de sa vie en leur attribuant une grandeur romanesque. Dans une époque où nous participons de plus en plus à la mise en scène de notre propre existence, il est franchement invitant de se frotter à une œuvre qui, bien qu’elle se développe sur ces bases banales, nous offre un regard vraiment original, féministe et sans aucun doute, subversif.

Achetez ce livre en cliquant sur ce lien

Crues et dépouillées, son écriture autant que sa photographie brouillent les frontières entre le public et le privé, et entre l’art et sa propre vie. Devant les images de ses seins, de son faux mariage, de son mari et après les récits de sa visite au cabinet médical ou de son divorce, nous nous trouvons dans une drôle de position. Est-on lecteur ou public? Spectateur ou voyeur? Ça peut agacer. Toutefois, par la familiarité des sujets abordés Sophie Calle réussit aussi à égratigner les fissures ordinaires qui écorchent parfois nos vies quotidiennes.

Son autofiction est magnifique. À un tel point qu’on a parfois l’impression de trahison. Est-ce vrai tout ce qu’elle nous présente? Après la lecture, la chaotique Sophie Calle nous laisse dans l’incertitude. Pourquoi avoir vu tout cela? Pourquoi nous l’avoir montré, donné à voir? Peut-être parce que derrière la pudeur se trouve la vérité d’une femme et que le réel qu’elle s’invente vaut autant que celui auquel on se soumet.

Avec des thèmes comme l’amour, le corps ou le mariage, elle déconstruit le réel, les traditions, ce qui est attendu des femmes et nos représentations. Et par la mise en scène de fragments de son corps autant que des échecs des épisodes de sa vie, elle transgresse les normes et nous oblige à nous questionner, si ce n’est pas à nous positionner, sur nos propres réalités.

Que ses histoires soient véritablement vraies ou pas, elles n’en sont pas moins faites de transgressions et de dépassements. Ainsi amplifié par l’artiste, le banal est brutal. Calle sort du cadre, échappe aux conventions, ne se laisse pas enclore. Avec Des histoires vraies, elle se manifeste sans retenue et c’est à la fois merveilleux et terrible à lire, à regarder.

 

  • Autrice : Sophie Calle
  • Nombre de pages : 83 pages
  • Date de parution : 2002
  • Éditeur : Actes Sud
  • Provenance du livre : acheté à la librairie Port de tête

Crédit photo : Caroline Dawson

Vous pourriez aussi aimer

Aucun commentaire

Écrire un commentaire