Classique Littérature étrangère Quoi lire?

Cent ans de solitude

Auteur, journaliste et par-dessus tout, Nobel de littérature, Gabriel Garcia Marquez est considéré unanimement comme étant l’un des meilleurs auteurs du vingtième siècle. Son plus grand chef-d’œuvre, Cent ans de solitude, se retrouve dans pratiquement tous les palmarès littéraires des livres qu’il faut avoir lus dans sa vie. 

Le problème avec Cent ans de solitude, c’est que c’est une œuvre qui fait peur. Les personnages aux noms qui sèment la confusion (mais il y a une bonne raison !), l’abondance de détails et l’ampleur de la brique font en sorte que plusieurs lecteurs laissent tomber après quelques pages ou ne tentent même pas de plonger dans ce roman. Évidemment, passer à côté de ce roman est une terrible erreur.

L’œuvre raconte l’histoire de la famille Buendia et ses malheurs qui s’accumulent sur sept générations. Les membres de la communauté sont confrontés pendant cent ans aux visiteurs, aux guerres civiles, aux caprices de la météo et à leur propre famille. À leur destin, donc. 

Il faut voir que Cent ans de solitude n’est pas réellement l’histoire d’une famille, mais bien l’histoire de la Colombie. Toutes les plaies qui s’abattent sur le clan Buendia sont en fait des tuiles sur la tête du pays. La corruption du gouvernement, les guerres civiles causées par des idéologies différentes, le climat qui ruine les récoltes, l’inceste, l’armée qui règle les grèves par la force et même l’agressivité et l’impulsivité du peuple lui-même sont des problèmes auxquels font face les Buendia et la Colombie en général. Les Buendia sont une métaphore d’un peuple confiné dans le pessimisme à cause de tous les problèmes qui s’accumulent dus aux facteurs extérieurs, certes, mais aussi à cause de lui-même. Il s’agit d’un éternel recommencement voué à l’échec. D’ailleurs, les personnages reçoivent toujours le nom de leurs ancêtres ( par exemple, plus d’une vingtaine de personnages – pas tous importants, rassurez-vous – se nomment Aureliano) pour montrer que la Colombie tente toujours, tant bien que mal, de se relever d’elle-même, génération après génération. Pendant la lecture, il vaut parfois mieux garder un arbre généalogique de la famille près de son roman…

En plus d’être une histoire exceptionnellement bien écrite, Garcia Marquez a utilisé un style propre à lui, le réalisme magique, pour nous présenter son récit. Le narrateur nous raconte sporadiquement des événements surnaturels avec une neutralité qui nous fait douter de leur véracité. Les personnages eux-mêmes n’ont pas réellement d’hésitation à croire à la magie. Cette façon d’écrire ajoute un voile onirique très apprécié. Elle adoucit même certains passages plus durs. 

Cent ans de solitude fait peur, mais c’est une œuvre qui mérite d’être dégustée doucement. Il faut prendre son temps pour bien dénouer tout ce qu’elle contient. N’attendez pas cent ans avant de finalement l’attaquer. 

  • Auteur : Gabriel Garcia Marquez
  • Éditeur : Éditions du seuil
  • Année : 1967 (version française 1968)
  • Pages : 437 pages

Crédit photo : Patrice Sirois

Vous pourriez aussi aimer

Aucun commentaire

Écrire un commentaire