Littérature québécoise Quoi lire?

Un incontournable : Le reflet de la glace de Geneviève Drolet

Le reflet de la glace

Plonger dans un roman dont on ne connait rien ni sur l’auteur ni sur la nature du récit, c’est risqué. Or, il arrive que ce genre d’expérience donne lieu à de magnifiques découvertes et c’est ce qui est survenu avec Le reflet de la glace, un court, mais puissant roman de Geneviève Drolet paru en 2012.

Le reflet de la glace, c’est l’histoire d’une femme bouleversée, d’un monstre comme elle aime tant se qualifier. Ses parents sont morts dans un accident de motoneige lorsqu’elle était toute jeune et sa tante, qui s’occupe maintenant d’elle, agit plus comme une amie que comme une mère. Ces événements feront de son enfance une période plutôt difficile qui la mènera à toujours vouloir combler les vides de sa vie en se racontant des histoires, en se créant des films intérieurs. Des scénarios complexes, organisés et la plupart du temps, improbables.

Acheter ce livre en cliquant sur ce lien

Sa vie d’adulte est un mélange épars de sexe, d’amour et de recherche de soi. Amoureux (c’est le titre qu’elle donne à son amoureux, car elle surnomme tout ce qu’elle touche) vit avec elle depuis pratiquement douze ans (si on ne compte pas les fuites). Ils se contentent bien l’un de l’autre jusqu’à ce que Voisin fasse son apparition. Attirance. Monstruosité. Désir. Action. Regret. Bref, cette femme est partagée entre le tendre amour de son copain et l’envie éperdue du corps de Voisin. Elle passe à l’acte sans toutefois aller jusqu’au bout. Peu à peu, elle s’éloigne d’elle-même, de ses convictions, des gens qu’elle aime. Dans un tourbillon de pensées, de remords et d’appréhension, elle essaie de se gérer du mieux qu’elle peut en vain.

Dès les premières lignes de ce texte que j’ai fort aimé, je fus déstabilisée à la fois par la qualité de la plume de l’auteure et par son style franc, sans détour. Chaque mot, chaque phrase sont amenés de façon métaphorique. D’une manière bien personnelle et dont les interprétations peuvent varier. Je dois dire que l’ajout de scènes osées en début de roman m’a fait me questionner : Dans quelle direction allons-nous ? Or plus les pages se tournaient, plus les vides se comblaient. Le reflet de la glace est cruellement honnête. On y présente les choses comme elles sont : compliquées.

La jeune femme est extrêmement attachante bien qu’on la présente sous tous ses recoins, les bons et les mauvais. On fait face à une anti-héroïne qui tourbillonne dans ses problèmes, dans sa vie pêle-mêle, mais qui nous rejoint tout de même, car elle est vraie.

Je n’ai pas été en mesure de lâcher ce roman une seule seconde. Tout se déroule dans une grande bourrasque de vent. Du moment que l’on prend conscience de ce qui se passe, c’est fini et c’est ce qui donne tout son sens à cette œuvre. La vie n’est pas un film comme le voudrait cette femme, elle ne peut sélectionner que quelques plans et supprimer ceux qui ne lui conviennent pas.

Bref, Le reflet de la glace fut un coup de cœur, un émerveillement. Tenter d’expliquer ce récit, c’est de lui enlever son charme. Un incontournable de la littérature québécoise, une œuvre qui en vaut franchement le détour.

 

  • Auteure: Geneviève Drolet
  • Éditeur : Numéro de série
  • Date de parution : février 2017
  • Nombre de pages : 148 pages

 

Crédit photo : Megan Deslongchamps

Vous pourriez aussi aimer

Aucun commentaire

Écrire un commentaire