Littérature étrangère Quoi lire?

Le rouge vif de la rhubarbe

Le rouge vif de la rhubarbe

Auður Ava Ólafsdóttir est surtout connue pour Rosa Candida dont la première édition française est sortie en 2010. Néanmoins, les lecteurs francophones ne connaissaient pas l’œuvre extrêmement fascinante de l’écrivaine islandaise. Son premier roman, Le rouge vif de la rhubarbe (même si le titre littéral en islandais est Terre relevée) est désormais disponible en librairie presque dix ans après sa première parution islandaise.

Ágústína est une adolescente vivant dans un petit village islandais, quelque part sur le bord de la mer. Elle ne marche presque pas : elle est toujours en béquille. Néanmoins, elle rêve de monter La Montagne. Malheureusement, 844 mètres la séparent de réaliser son désir. Passant beaucoup de son temps dans le jardin de rhubarbe de la dame qui l’héberge, Nína, Ágústína n’abandonne pourtant pas son obsession. Elle se lie rapidement d’amitié avec un jeune garçon, Salómon, qui l’encourage aussi dans la réalisation de ses projets.

Auður Ava Ólafsdóttir a une écriture douce comme la neige qui tombe. L’Islande rythme le récit avec douceur, selon ses saisons, et on prend rapidement goût à cette poésie. L’auteur ne sombre jamais dans de langoureuses descriptions de son île, mais l’air frais et salin est palpable à travers l’ensemble de l’œuvre. Les mots se placent sous nos yeux comme des vagues lentes sur une grève. À lire au bord de l’eau, si possible.

Puis, le personnage d’Ágústína est particulièrement intéressant. Jeune femme unique, elle ne laisse rien changer sa personnalité un peu excentrique. Déjà à part des autres à cause de ses faibles jambes, elle devient plus forte et plus courageuse au fur et à mesure que les saisons l’approchent de son rêve montagneux. Elle se taille une place dans le village sans problèmes et surtout en restant honnête avec elle-même.

Le rouge vif de la rhubarbe est un récit léger qui nous fait rêver doucement. Même s’il ne se passe pas énormément de choses en 150 pages, on se laisse facilement bercer et on vogue au gré des pages qui tournent.

 

  • Auteur : Auður Ava Ólafsdóttir
  • Éditeur : Vulma
  • Pages : 144 pages
  • Date de Sortie : 2 septembre 2016

Crédit photo : Patrice Sirois

Vous pourriez aussi aimer

Aucun commentaire

Écrire un commentaire