Littérature étrangère Quoi lire? Science fiction

Portrait noir de l’Amérique de demain


Avec La famille Mandible 2029-2047, Lionel Shriver, autrice de Il faut qu’on parle de Kevin, nous offre un portrait noir de l’Amérique de demain.   

Le roman débute en 2029. L’économie est à plat. Les États-Unis sont gouvernés par un président d’origine latino-américaine qui n’a plus grand pouvoir, si ce n’est que de contraindre son peuple. Les journaux hoquettent des nouvelles auxquelles personne ne croit.  Les membres de la famille Mandible, comme la vaste majorité des Américains, sont acculés à la faillite et doivent se serrer les coudes pour éponger la crise financière. 

Pour le patriarche, Douglas, qui, jusqu’alors, vivait grassement de ses investissements, 2029 ressemble à une descente aux enfers. À plus de 90 ans, il voit fondre sa fortune et se retrouve aux crochets de sa famille, laquelle peine déjà à assurer sa propre survie.   

Entassé dans une maison, le clan Mandible n’est pas armé pour affronter la débâcle du dollar. Si les plus jeunes, comme Willing Savanah et Bing, comprennent un peu mieux l’exigence de la situation, ils n’en demeurent pas moins secoués. Pour ces adolescents, finie l’école privée, ils savent qu’ils doivent s’organiser pour rapporter de l’argent à la maison, quitte à faire des combines.  Ils sont devenus de petits soldats, comme en témoigne cet extrait : 

À l’intérieur, le supermarché ressemblait à un camp militaire où des puissances hostiles avaient négocié une trêve temporaire et fragile. Les clients agrippaient leurs caddies, prêts à les défendre bec et ongles, comme s’il s’agissait de transporteurs de troupes risquant d’être réquisitionnés par l’ennemi. (…) Envoyés en éclaireurs trois rayons plus loin, les enfants exécutaient leur mission avec la gravité de soldats missionnés pour porter des messages codés jusqu’aux lignes de front.

Malgré l’apparent climat de chaos qui enveloppe ce récit, l’autrice sait nous ménager des moments de détente et d’intimité avec les personnages. On s’attache à Nollie, la vieille tante dramaturge, qui traîne ses romans partout où elle va, on aime la trivialité de Bing et le courage de  Willing, ces deux jeunes hommes qui n’attendent plus grand-chose de la vie. On veut savoir comment chacun des membres de la famille compose avec le drame. 

Un roman qu’on referme avec regret, un livre d’anticipation qu’il faut lire en ces temps de pandémie, une fresque plausible à certains égards de ce que notre voisin du Sud pourrait vivre après le passage de la COVID-19.   

  • Titre: La famille Mandible, 2029-2047 
  • Auteure : Lionel Shriver 
  • Éditeur : Belfond 
  • Publié en français en 2017  
  • Nombre de pages : 644  

Crédit photo : Vicki Millot

Vous pourriez aussi aimer

Aucun commentaire

Écrire un commentaire