Ado Littérature jeunesse Littérature québécoise Nouveauté Poésie Quoi lire?

Poésie adolescente

Peigner le feu

Je trépignais d’impatience à l’idée de lire de la poésie destinée aux adolescents, moi qui enseigne quotidiennement à ces belles créatures. Il était grand temps que les jeunes lecteurs aient accès à un univers poétique décomplexé et réfléchi pour leur plaire. Rares sont ceux qui dévorent Marie Uguay à 12 ans, mais nombreux sont ceux qui sauront être happés par la force des deux premiers recueils édités par La courte échelle.

La courte échelle maintient sa position de chef de file en littérature jeunesse en offrant aux lecteurs, petits et grands, une toute nouvelle collection consacrée à la poésie. Les deux premiers titres proposés, soit Peigner le feu de Jean-Christophe Réhel et Perruche de Virginie Beauregard D., marquent avec force cette entrée pour la maison d’édition dans le monde de la poésie adolescente.

Peigner le feu met en scène ce moment important qu’est le passage du primaire au secondaire à travers les yeux d’un jeune garçon qui souhaiterait d’emblée disparaître dans cette trop grande jungle, mais qui choisit plutôt de se questionner sur les meilleures méthodes pour y survivre. Réhel a sélectionné des mots simples, mais sait si bien les assembler que les phrases qu’il compose sont fortes et évocatrices. Il est un réel magicien ce Réhel pour nous faire revisiter et ressentir de l’intérieur notre propre parcours du combattant par le biais d’un jeune narrateur. J’ai eu 12 ans à nouveau, mais je me savais entre bonnes mains avec Réhel, lui qui m’avait tant charmée avec son recueil de poésie La fatigue des fruits et son roman Ce qu’on respire sur Tatouine

Virginie Beauregard charme tout autant les jeunes lecteurs par le biais de son recueil Perruche qui dépeint avec finesse et tendresse la perte durant l’enfance et la vie, surtout la vie, qui continue malgré le deuil. Le ton est juste, les images éclairantes.

mes parents cassent parfois des verres

ils sont tous les deux d’humeur fragile

moi je ne casse pas grand-chose

comme la vaisselle

qui prend les marques du temps

ma gorge se fissure parfois

quand ils font monter le son dans la maison

et que ce n’est pas pour une chanson

que c’est le bruit de la colère (p.17) 

  • Auteur et autrice : Jean-Christophe Réhel et Virginie Beauregard D.
  • Nombre de pages : 62 et 58 pages
  • Date de parution : octobre 2019
  • Éditeur : La courte échelle

Crédit photo : Karine Villeneuve

Vous pourriez aussi aimer

Aucun commentaire

Écrire un commentaire