Le Mois de l'Histoire des Noirs Littérature québécoise Quoi lire?

Passion Haïti

Rodney Saint-Éloi

Dans Passion Haïti, Rodney Saint-Éloi, cet « exilé » haïtien nous raconte son pays natal. Et au risque de paraître cliché, il nous le décrit avec son cœur et son âme. Vraiment.

Par sa prose, il nous explique toute la complexité derrière l’identité haïtienne, ses blessures, ses torts, sa pauvreté, l’hypocrisie de son élite, mais aussi (et surtout) sa beauté, sa richesse, son humour et son amour.

En passant en revue plusieurs aspects, comme la relation à la nourriture, la langue, la condition des femmes, la religion, le racisme, Rodney Saint-Éloi dresse un portrait fort intéressant d’Haïti qui clash souvent avec nos idées reçues. Oui, il y a la corruption et la pauvreté, mais il y a aussi Tida, sa grand-mère, qui lui apprit à lire alors qu’elle ne savait pas le faire elle-même. Il y a aussi, à travers tout le roman, les références à l’art haïtien, sous toutes ses formes.

Acheter ce livre en cliquant sur ce lien

À chaque mention d’un artiste, d’un écrivain, d’un sculpteur ou d’un dramaturge haïtien, je ne pouvais m’empêcher d’ouvrir une fenêtre Google pour trouver des images ou des extraits. J’ai un peu honte d’avouer que je ne connaissais absolument pas toute la richesse et la profondeur de l’art haïtien (je vous invite à taper Philomé Obin, Lyonel Trouillot, George Castera, André Eugène, Castrera Bazile, Rigaud Benoît, Jasmin Jospeh…). Tout au long du récit, l’auteur cite aussi des extraits de poèmes, de discours, de roman. Ce poème intitulé Marabout de mon cœur écrit par Émile Roumer m’a particulièrement enchantée :

Marabout de mon cœur aux seins de mandarine,

Tu m’es plus savoureuse que crabe en aubergine.

Tu es un afiba dedans mon calalou,

Le doumboueil de mon pois, mon thé de z’herbe à clou.

Tu es le bœuf salé dont mon cœur est la couane.

L’acassan au sirop qui coule dans ma gargouane.

Tu es un plat fumant, diondion avec du riz,

Des akras croustillants et des thazars bien frits.

Ma fringale d’amour te suit où que tu ailles.

Ta fesse est un boumba chargé de victuailles.

(Marabout de mon cœur par Émile Roumer, cité par Rodney Saint-Éloi dans Passion Haïti, p. 102.)

L’utilisation fréquente d’expressions créoles m’a aussi beaucoup plu. Je me suis grandement amusée à essayer de deviner leur signification avant de lire leur traduction. Proche du français, cette langue est toutefois bien différente de par la signification donnée à certains mots. Comme l’auteur le dit :

Deux ordres symboliques différents. Deux manières de voir le monde. Prenons en exemple le mot « intelligence ». En créole, le déterminatif « entelijan » signifie rusé, manipulateur, astucieux, et même voleur, alors qu’en français, c’est tout autre chose.

(Rodney Saint-Éloi, Passion Haïti, p. 64).

Bref, l’œuvre de Rodney Saint-Éloi aux éditions Hamac est-elle un éloge à Haïti, une critique, une déclaration d’amour…c’est tout ça à la fois. C’est le regard que l’auteur porte à son pays d’origine, son point de vue. Mais… Sa ou wè a se pas sa : Ce que tu vois n’est pas la réalité. Ce que tu vois, ce n’est pas ça.

 

  • Auteur : Rodney Saint-Éloi
  • Éditeur : Hamac (Septentrion)
  • Date de parution : 4 octobre 2016
  • Nombre de pages : 214 pages
  • ISBN : 9782894488478

Crédit photo : Pascal Dumont

Vous pourriez aussi aimer

Aucun commentaire

Écrire un commentaire