Littérature étrangère Société

La part de l’autre

La part de l'autre

Éric-Emmanuel Schmitt a l’habitude de nous faire réfléchir depuis le début de sa carrière. Il a exploré de nombreuses thématiques philosophiques telles que la vie, la mort, la religion et l’art. Au début des années 2000, il s’est penché sur l’Histoire.

Et si Hitler avait été accepté à l’Académie des beaux-arts de Vienne? À quel point l’Europe serait-elle différente ? L’Histoire, avec un H majuscule ? Est-ce que le problème était l’homme en tant que tel ou le contexte sociopolitique ?

C’est l’idée de génie qu’a eue Éric-Emmanuel Schmitt dans La part de l’autre. Non seulement il nous montre une uchronie dans laquelle l’homme le plus détesté de l’histoire entreprend sa carrière d’artiste à l’Académie, mais il la met parallèlement à la vraie histoire, celle qui a mené aux terribles événements de la Seconde Guerre mondiale. On a droit à une comparaison surprenante entre deux Adolf Hitler : l’artiste réussi et l’artiste amèrement déchu. L’homme heureux et épanoui et l’homme frustré en quête de justice personnelle.

Les deux récits sont sensationnels. Déjà que cette partie du passé est passionnante, l’auteur y amène un nouveau souffle. On plonge volontiers dans l’univers d’Adolf Hitler l’artiste et on se surprend même à davantage apprécier la fiction que la narration basée sur les faits. Est-ce parce qu’on sait déjà où s’en va le réel futur Führer ? Peut-être. Mais surtout parce que l’auteur transforme l’homme abhorré en humain sensible et ambitieux.

Est-ce que le sujet use davantage le sujet déjà surexploité de la Seconde Guerre mondiale ? Non ! C’est ce qui est remarquable. La Part de l’autre est d’une fraîcheur inspirante, même si le roman a été publié il y a plus de quinze ans.

  • Auteur : Éric-Emmanuel Schmitt
  • Éditeur : Albin Michel
  • Pages :  528 pages
  • Date de Sortie : 17 octobre 2003

 

 

Vous pourriez aussi aimer

Aucun commentaire

Écrire un commentaire