Littérature étrangère Quoi lire?

Nos multiples destins


Alex Marzano-Lesnevich est une jeune femme aux multiples parcours, dotée d’une personnalité à la fois timide et bouillonnante. Amoureuse du droit depuis l’enfance, élevée dans une famille silencieuse aux fantômes sans éclats, elle se destine à combattre contre vents et marées la peine de mort. Mais lorsqu’au cours de ses études de droit, elle rencontre Ricky Langlais, un homme de 26 ans qui, en plus d’être pédophile, a assassiné un jeune enfant, ses convictions s’effondrent. Mise devant ses ultimes contradictions, Marzano-Lesnevich revisite sa propre jeunesse, les évènements qui ont guidé ses choix et dresse, par la bande, un portrait terrifiant de réalisme de la vie complexe et bouleversante de Ricky Langlais. Au fil des pages, de nombreux personnages terriblement humains nous rappelleront à quel point une vie est plus que les quelques évènements sur lesquels on la juge.  

L’homme au centre de ce procès, dont la personnalité sera interminablement discutée et débattue, interminablement reconstituée et disséquée dans un dossier qui finira par faire près de trente mille pages, cet homme restera en ce sens une énigme. Il est bien possible que ce que l’on voit en Ricky dépende davantage de qui l’on est que de qui il est. 

Au-delà d’un récit fulgurant sur les violences familiales et la quête d’une impensable vérité, L’empreinte est une dénonciation sourde de notre incapacité collective à gérer les crimes qui dévorent nos sociétés. Un grand-père dont on efface le passé d’abuseur parce que c’est un père, un ami et un frère, une mère dont on juge l’alcoolisme, mais dont on oublie le parcours rempli de violences, des enfants morts, des accidents enfouis dans des mémoires brisées, entre appels à l’aide et rejets intolérables, tous les personnages de L’empreinte possèdent une double histoire, complexe, émouvante et terrifiante, impardonnable… et pourtant.  

C’était un procès pour meurtre, il ne s’agissait pas de juger toute l’histoire. Mais un acte ne peut-il jamais vraiment être isolé? Y a-t-il le moindre élément de cette histoire qui se soit produit indépendamment de tout le reste? 

Roman turbulent, émouvant, froissant, questionnant, L’empreinte est un de ces livres qui donne une boule au ventre et dont on redemande. Écrit dans une langue juste, sensible et franche, il ouvre une réflexion indispensable sur notre rapport à la violence, au pardon, aux récits de ceux et celles qui subissent des crimes et au pouvoir de ceux qui commettent l’impensable. Un livre nécessaire, même s’il faut l’avouer, susceptible de réveiller des douleurs bien enfouies au fond de chacune de nous.  

  • Titre : L’empreinte 
  • Auteure : Alex Marzano-Lesnevich 
  • Nombre de pages : 454 pages 
  • Date de parution : 2019 
  • Édition : Sonatine Éditions 10|18  

Crédit photo : Annick Lavogiez

Vous pourriez aussi aimer

Aucun commentaire

Écrire un commentaire