Littérature québécoise Poésie Quoi lire?

Moi, figuier sous la neige : Lancement du premier ouvrage d’Elkahna Talbi

Moi, figuier sous la neige

Pour mon premier article sur Page par page, en octobre 2016, je parlais de mon amour infini pour Queen KA et présentais son recueil « Chrysalides » issu de son spectacle du même nom. Je disais à quel point les mots de cette slameuse, poétesse et artiste de la scène me touchaient. Elkhana Talbi de son vrai nom a, dans sa plume, plurielle et multiple, une sensibilité, une force, une douceur et une adversité qui me touchent, profondément. Née à Montréal de parents tunisiens amazighs et diplômée en beaux-arts de l’Université Concordia, l’écriture a toujours fait partie de sa vie. En privé d’abord, sur la scène grâce au slam par la suite. Et désormais sur papier, à mon plus grand bonheur.

C’est donc vous dire toute l’admiration que j’ai pour cette artiste aux mille talents. Et lorsque j’ai appris qu’elle lançait son premier ouvrage Moi, figuier sous la neige au café Kahwa sur l’Avenue Mont-Royal le 2 février dernier, j’ai accouru.

Le choix du lieu n’était pas anodin ; à la fois symbole de cette identité plurielle qui habite Elkahna, aux couleurs tant québécoises que tunisiennes, à la fois lieu principal d’écriture de ce recueil, le café Kahwa semblait se fondre dans le moment, se mouvoir aux rythmes des gens qui y entraient, des mots qui le peuplaient. Tous et toutes, les ami.e.s, les amoureux et amoureuses de la plume, la famille, les curieux et curieuses s’agglutinaient dans ce petit local, se collaient. Au comptoir, on servait du vin et du thé, suivis par des baklavas au sirop d’érable et du couscous tunisien.

Après une courte séance de dédicace, Rodney Saint-Éloi, directeur de la maison d’édition Mémoire d’encrier qui publie Moi, figuier sous la neige, a pris la parole avant de laisser place à Elkhana Talbi qui a lu, émotive, quelques poèmes issus du recueil. Sa mère, à mes côtés, en avait les larmes aux yeux. Mes yeux se sont embrouillés à leur tour.

Elle a lu ses poèmes, témoins de son bagage culturel, de sa réalité de femme de deuxième génération d’immigration, de ses sensibilités et de ses ironies. J’en parlerai dans un autre article, qui traitera du recueil uniquement. Je vous réserve, pour l’occasion, une petite surprise. Parce que la lecture de ce recueil et l’écriture de l’article se feront à deux. Symbole de cette dualité, de cette identité plurielle qui habite Elkhana. Et qui habite désormais mon quotidien.

À très bientôt !

 

  • Autrice : Elkhana Talbi (Queen KA)
  • Éditions : Mémoire d’encrier
  • Date de parution : 29 janvier 2018
  • ISBN : 9782897125134

 

Crédit photos : Mylène de Repentigny-Corbeil

Vous pourriez aussi aimer

Aucun commentaire

Écrire un commentaire