Littérature jeunesse Quoi lire?

Mingan les nuages

Mingan els nuages

Vers l’âge de cinq ans, j’ai été pour la première fois confrontée à la perte d’un être cher; mon animal de compagnie. Plusieurs émotions, incomprises à ce moment, m’ont envahi : tristesse, confusion et colère. Longtemps j’ai cru que le vétérinaire aurait pu sauver mon chat qui malheureusement était beaucoup trop souffrant. Assurément, il m’aurait été bénéfique de pouvoir lire, bien lové dans les bras de ma mère, le livre Mingan les nuages de Marie-Andrée Arsenault et Amélie Dubois.

Une petite fille, la narratrice, en vacances avec ses parents, trouve un chaton errant sur les Îles Mingan (d’où le prénom de l’animal). La famille décide d’adopter la petite boule de poils affectueuse. Les années passent et Mingan vieillit. Le chat est de plus en plus faible et la famille doit prendre une difficile décision : celle de le laisser partir. On suit alors le processus de deuil de l’enfant jusqu’au jour où une autre petite boule de poils réussit à la charmer.

Mingan les nuages permet d’éclaircir, d’une certaine manière, le concept flou de la mort. On aborde avec douceur et justesse le thème du deuil. L’alternance entre les instants de tristesse suite à la mort du félin et les moments de bonheur vécus avec le chaton allègent le propos du livre. Marie-Andrée Arsenault offre un récit émouvant soutenu par des illustrations enveloppantes. Mingan les nuages démontre qu’après la tempête, il y a le beau temps. Qu’après le chagrin, il y a l’espoir. Cet album jeunesse tend à démontrer qu’il est aussi possible d’ouvrir son cœur à nouveau suite à la mort de quelqu’un que l’on aime. Ce livre pour enfant agit comme un baume sur la douleur et permet au jeune de comprendre que sa peine est légitime. Un outil pour tous les parents qui veulent épauler leur enfant dans ce moment qui nous laisse souvent sans mot.

 

  • Auteur : Marie-Andrée Arsenault
  • Illustrateur : Amélie Dubois
  • Date de parution : 2017
  • Nombre de pages : 32 pages
  • Éditeur : Isatis

Crédit couverture : Illustration d’Amélie Dubois aux Éditions Isatis

Vous pourriez aussi aimer

Aucun commentaire

Écrire un commentaire