Littérature québécoise Poésie Quoi lire?

Quelle mémoire plisse leur visage

Quelle mémoire

Joël Pourbaix n’en est pas à son premier recueil de poésie avec Quelle mémoire plisse leur visage. Auteur établi, il a 15 livres à son répertoire, dont Le mal du pays est un art oublié (2014), récipiendaire du Prix du gouverneur général. Son nouveau recueil s’inscrit d’ailleurs en continuité avec le précédent en ce sens que l’auteur explore la voix intérieure et la conscience de soi et des autres à travers une poésie narrative.

Quelle mémoire plisse leur visage flirte avec les frontières entre la poésie et la nouvelle. Empruntant le langage imagé à la poésie et la trame narrative continue de la nouvelle, l’auteur raconte le parcours d’un homme des plages de Lesbos, où il est confronté à la beauté de l’environnement et au désespoir des conséquences de la crise migratoire en Europe, aux confins de Charlevoix, où il est frappé de plein fouet par les violences envers les femmes autochtones. Ce « récit poétique » touche à des questions contemporaines peu abordées simultanément et en relation l’une à l’autre. Et pourtant, lorsqu’abordées avec un langage faisant appel aux émotions et aux images, la multitude de liens entre ces deux réalités ressortent et ne font plus aucun doute. Cette première partie, qui constitue l’essentiel du recueil, est suivie de Souffles. Cette seconde partie du recueil constitue un regroupement de courtes pensées et observations regroupées sous quelques grands thèmes.

Souvent, lorsqu’on parle de poésie, on se crée cette image répondant aux normes traditionnelles quant aux rimes et à la structure du texte. Or, à travers mon exploration du monde poétique, je découvre des textes qui puisent dans cet univers littéraire la puissance imagée des mots, mais rejettent les structures rigides de la poésie. C’est vers cette dynamique que tend Quelle mémoire plisse leur visage. La première partie transmet des images fortes, mais constitue plus un récit, porteur d’une histoire et flirtant avec les limites entre roman et poème alors que la seconde partie est une succession de courts poèmes. Si la lecture des deux parties est fluide, on sent une coupure entre les deux, comme si on avait deux recueils entre les mains. Cela n’enlève toutefois rien à la qualité de l’écriture, la puissance des images créées par les mots de l’auteur et la pertinence de la lecture. Au contraire, cela permet de découvrir l’univers de l’auteur tranquillement, en ayant la liberté de poser le recueil après la première partie chargée en émotions et le reprendre plus tard pour lire la deuxième partie, sans avoir l’impression que cette pause constitue une coupure dans l’univers littéraire de l’auteur.

 

  • Auteur : Joël Pourbaix
  • Nombre de pages : 151 pages
  • Date de parution : 2018
  • Éditeur : Éditions du Noroit

Crédit photo : Andréanne Bissonnette

 

Vous pourriez aussi aimer

Aucun commentaire

Écrire un commentaire