Littérature Canadienne Nouveauté Quoi lire?

Manikanetish

Manikanetish

Le premier roman de Naomi Fontaine, Kuessipan (2011), fut grandement salué par la critique. Au moment où on prépare un film sur ce dernier, la jeune auteure nous offre son deuxième livre, magnifique ode au quotidien de ses élèves.

Manikanetish est l’école où elle enseigna à des jeunes, souvent pas vraiment moins âgés qu’elle. Mais des élèves avec des vies de vieillards tant ils ont déjà vécu. Comme enseignante de français, elle sera témoin autant de leurs embuches scolaires que de leurs existences en détresse. Si au début de son expérience on la sent étrangère à cette réserve innue de la Côte-Nord, elle fera de sa nouvelle réalité, lentement une demeure.

M’avait-on déjà humiliée parce que j’étais Innue? Peut-être une fois ou deux. Pas suffisamment du moins pour que la honte s’établisse. Et pourtant, elle était là, liée à mon incapacité à m’identifier à eux. À ce qui aurait dû être ce nous. Le nous me glissait dans la gorge lorsque je devais expliquer mon appartenance.

Elle en était partie à l’adolescence. Au début du roman, ce retour d’exil dans les lieux de son enfance semblait loin d’une certitude. Ce sera pourtant dans ce petit village qu’elle reviendra à elle-même. Petit à petit, tout en douceur et en trébuchements, elle se laissera apprivoiser et dévoilera cette part d’elle, épineuse mais libre. Cette part qui respire. Lorsque la fatalité la frappera de plein de fouet et qu’elle se croira seule face au monde, elle trouvera au creux des histoires de ses élèves, l’abnégation nécessaire pour prendre sa place dans la communauté qui se fera sienne.

À des années lumière du misérabilisme auquel on nous a habitués lorsqu’on raconte les épreuves autochtones, très loin des récits larmoyants auxquels on pourrait s’attendre avec des sujets aussi malmenés, ce livre est lumineux. La dureté y est crue, mais simplement dite, avec une écriture fluide, sans artifices, aérée. Taillé doucement, le verbe y est longuement poli. Et si les destins de ses élèves peuvent rapidement se lire comme des impasses, Naomi Fontaine leur redonne une profondeur et un éclairement qui en révèlent la douloureuse beauté.

Manikanetish est l’histoire d’une lutte. Mais si on ne peut sauver les autres d’une souffrance historique, l’autrice tentera de déceler les craques dans le cloisonnement des multiples récits des jeunes qu’elle observe. Et de là, naîtra l’espoir, ténu, fragile mais présent. Et par là, ce livre devient le contraire de l’obscurité.

  • Autrice : Naomi Fontaine
  • Nombre de pages : 140 pages
  • Date de parution : 2017
  • Éditeur : Mémoire d’encrier
  • ISBN : 978-2-897-124892Crédit photo: Caroline Dawson

Vous pourriez aussi aimer

Aucun commentaire

Écrire un commentaire