Littérature québécoise Polar, Roman noir et policier Quoi lire?

Madame Victoria

Madame Victoria

À l’été 2001, un corps est retrouvé dans un boisé tout près de l’hôpital Royal Victoria. En 2011, l’émission Enquêtes de Radio Canada relate ce fait en signalant que le corps n’a jamais été identifié ou réclamé. Morte dans l’anonymat le plus complet, celle qu’on appelle Madame Victoria allumera chez l’auteure Catherine Leroux une étincelle des plus fécondes.

Partant de ce fait divers, la romancière invente différents portraits de femmes qui ont pour dénominateur commun le fait de mourir dans l’anonymat. Chaque chapitre nous fait découvrir une nouvelle Victoria que l’on suit jusqu’à sa mort. Ainsi une autochtone prise en chasse par des soldats coloniaux fait place dans un autre chapitre à une femme d’affaires avide de pouvoir, comptant pour seule amie sa bouteille de scotch. On passe de l’histoire d’amour interdit entre une domestique et le jeune maître de maison à un conte de science fiction dans lequel un voyage dans le temps déporte une femme de demain vers Montréal, à la veille de l’an 2000.

Le thème de l’isolement est présent et prend toutes sortes de formes tout au long du roman. Une Victoria entre dans une névrose et erre suite à la mort de son enfant; d’autres subissent l’isolement par la classe sociale, le sexe, l’itinérance et même l’effacement.

L’écriture de Catherine Leroux est à la fois juste et rigoureuse tout en étant élégante et émouvante. Derrière ces histoires inventées, il y a aussi la recherche de faits historiques; n’oublions pas que l’auteure a aussi fait ses armes comme journaliste. Un roman très agréable à lire. Un regard sur l’humain qui bien sûr divertit, mais interroge aussi.

 

  • Titre : Madame Victoria
  • Auteure : Catherine Leroux
  • Nombre de pages : 196 pages
  • Date de parution : 2015
  • Éditeur : Alto

Crédit photo : Richard Martel

Vous pourriez aussi aimer

Aucun commentaire

Écrire un commentaire