Le Mois de l'Histoire des Noirs Littérature étrangère Quoi lire?

L’île sous la mer

L'île sous la mer

L’Île sous la mer est un hommage à la quête de la liberté dans une société, celle de Saint Domingue de la fin du XVIII siècle, où l’esclavage demeure encore pratique courante.

Les protagonistes sont multiples, et Isabel Allende démontre encore une fois son habileté à jongler avec plusieurs existences parallèles, dont chacune est porteuse de rêves, illusions, vices et obsessions. Plus ou moins sympathiques, plus ou moins attachants : les personnages qui habitent ce roman sortent tout droit d’un répertoire humain riche, où on n’a pas peur d’étaler les défauts, où le lecteur n’a pas d’autres choix que se laisser porter par la narration sans préjugés, sans préférences.

Mais la lecture est fluide, fidèle au style d’Allende. Entraînante, surprenante et d’une épaisseur réaliste qui nous emporte de force dans cette île lointaine d’antan, où le colonisateur français exploitait les terres avec l’assurance d’un propriétaire tout puissant, sans regard à ses habitants et à leur culture.

C’est l’histoire de l’esclave Tété, qui survit aux caprices de son maître, à la violence et aux douleurs d’une vie sans droit ni valeur, passée à se cacher, à éviter les coups de fouet et les viols, à disparaître pour survivre. C’est l’histoire de Valmorain, un jeune homme français qui est catapulté dans une terre de maladies et d’une chaleur écrasante, où il se retrouve à prendre les rênes de la plantation familiale sans autres repères que les standards de la décadente noblesse parisienne de la pré-révolution. C’est aussi l’histoire de leurs enfants, et celle de l’époque napoléonienne dans une colonie exploitée, étouffée et enfin abandonnée à ses survivants.

Mais c’est surtout l’histoire de la révolte d’un peuple d’esclaves, celui d’Haïti, qui se donne naissance dans le sang, la haine et la peur, la rébellion et la mort. Une liberté arrachée aux colons blancs, à l’époque où est prononcé pour la première fois, dans une Amérique qui est en train de se forger, le mot : abolitionnisme.

Dans L’Île sous la mer, la littérature se met au service des grandes leçons de l’Histoire, où fourmillent des milliers d’histoires émouvantes. Et Isabel Allende en tire les ficelles comme la marionnettiste experte qu’elle est, grande amatrice des histoires de toutes sortes, petites ou grandes soient-elles.

 

  • Auteure : Isabel Allende
  • Nombre de pages : 624
  • Date de parution : 2013
  • Éditeur : Le Livre de Poche (Grasset)
  • ISBN: 9782253167518

 

Crédit photo : Camilla Sironi

Vous pourriez aussi aimer

Aucun commentaire

Écrire un commentaire