Littérature étrangère Quoi lire? Société

Les portes de Damas

Les portes de Damas

C’est tout à fait par hasard que je suis tombé sur ce livre lors d’une visite à la BaNQ. Mon œil a été attiré par le titre et mon intérêt capté par le résumé en page couverture. À mi-chemin entre carnet de voyage et témoignage, le propos du livre est de nous faire découvrir la vie en Syrie, avant la guerre dévastatrice ayant toujours cours aujourd’hui.

L’auteure, Lieve Joris, journaliste belge de langue néerlandaise, parlant couramment le français, nous raconte son séjour à Damas auprès de son amie Hala, au début des années 1990. Elle y découvre le quotidien de cette jeune femme et de sa fille Asma, âgée d’environ huit ou neuf ans. Et, graduellement, elle prend conscience de toutes les contraintes qui rendent ce quotidien souvent difficile : il y a tout d’abord le mari de Hala qui, bien qu’emprisonné (pour raisons politiques), conserve une certaine présence tout au long du récit, puis la famille de Hala avec tout particulièrement sa mère manipulatrice et exigeante, la belle famille, tout aussi envahissante et finalement la dictature Assad (le père) et l’omniprésente surveillance politique et religieuse. Et ainsi, par le biais de descriptions lucides et d’anecdotes parfois drôles, parfois dramatiques, on saisit à quel point tout se ligue pour étouffer les aspirations et les espoirs de Hala.

Lors de son séjour, l’auteure a également l’occasion de s’éloigner de Damas et de son amie. Elle nous fait découvrir une ville d’une grande beauté (Alep) et des lieux chargés d’histoire (Palmyre). Elle a l’occasion de rencontrer des gens qui lui permettent de cerner différemment l’ambiance dans cette autre grande ville syrienne. Mais toutes ces rencontres sont toujours faites avec ce sentiment d’être surveillée, épiée et en danger. La liberté n’est qu’apparente en Syrie, l’oppression, elle, est bien réelle.

Le livre, initialement publié en 1994, a été réédité en 2015 et c’est cette réédition que j’ai lue et que je recommande, car elle inclut un passage rajouté à la fin du récit par l’auteure, nous racontant ce que sont devenus Hala et sa famille. Il nous permet de prendre conscience de l’enfermement des Syriens et de leur vision déformée du monde extérieur, résultat d’une propagande et d’une désinformation systémiques. Il permet également de voir de l’intérieur une culture très différente de la nôtre, où la famille, malgré toutes les contraintes, est au centre de tout. Et on réalise toute l’ampleur de la tragédie qui déchire ce peuple et ce pays aujourd’hui.

 

  • Auteur : Lieve Joris
  • Édition : Actes Sud (originale : 1994 / réédition 2015)
  • Nombre de pages : 374 pages
  • ISBN : 978-2-330-05632-2
  • Provenance: Emprunté à la BaNQ, numéro de document 3 2002 5202 2549 9 / référence 915 J

Crédit photo : Françoise Conea

Vous pourriez aussi aimer

Aucun commentaire

Écrire un commentaire