Littérature jeunesse Littérature québécoise Quoi lire?

Les petits dégoûtants

Les petits dégoûtants

Il y a quelques années, Élise Gravel s’est fixée un défi de taille : faire apprécier des enfants les bestioles les plus dégoûtantes. Elle débute donc en 2012 avec Le ver la série de livres documentaires Les petits dégoûtants. Une collection pensée pour les jeunes lecteurs afin de faire mieux connaître, comprendre, les petites bêtes répugnantes qui nous entourent.

On peut dire mission accomplie. Ces onze courts documentaires ont assurément un grand pouvoir d’attraction sur le jeune lectorat. L’autrice mise sur la curiosité de l’enfant et sur son absence de préjugés face à ce qui est disgracieux. En fait, Élise Gravel réussit même à conscientiser l’adulte sur l’importance des petits mammifères et insectes qui nous répugnent si souvent. Saviez-vous que la présence de crapaud est gage d’un environnement sain, non pollué? Ou bien que le nombre maximal de pattes d’un mille-pattes est de 752 et non réellement 1000 ? La force de ces livres repose non seulement sur la rigueur de la recherche, mais aussi et surtout sur l’humour. Le lecteur s’amuse tout au long de la lecture et termine cette dernière avec de belles connaissances et une nouvelle perspective sur ce qui est vraiment dégoûtant.

Élise Gravel réussit, comme toujours, à fasciner le lecteur. Ses illustrations rigolotes rendent les bestioles mignonnes et non plus repoussantes. On peut alors se concentrer sur les bienfaits de la présence de ces bêtes que l’on juge trop souvent comme indésirables. La plume de l’autrice est accessible pour les tout-petits, la preuve étant que mon fils de 3 ans est capable de citer par cœur certains faits relatés dans ses exemplaires. Partez dès maintenant à la découverte du rat, de la coquerelle, de l’araignée ou même du pou en ce début d’année scolaire.

 

  • Auteur : Élise Gravel
  • Nombre de pages : 30 pages
  • Date de parution : 2012-2018
  • Éditeur : La courte échelle

Crédit photo : Noémie Philibert-Brunet

Vous pourriez aussi aimer

Aucun commentaire

Écrire un commentaire