Littérature étrangère Quoi lire?

Le pousse-pousse

Tout d’abord publié sous forme de feuilletons parus dans une revue populaire chinoise au milieu des années 1930, puis sous forme de roman éventuellement vendu en millions d’exemplaires, Le pousse-pousse est aujourd’hui considéré comme un classique de la littérature chinoise.

L’histoire se déroule à Pékin (Beijing) dans les années vingt. On suit la vie et le destin de Siang-Tse, jeune paysan chinois, venu à la ville dans l’espoir d’une vie meilleure et de nouvelles opportunités. Conscient que sa taille et sa forme physique sont de formidables atouts pour devenir un excellent tireur de pousse-pousse, Siang-Tse travaille avec ardeur pour faire sa place au sein d’une société très hiérarchisée. Mais la vie est dure et les embûches nombreuses. Malgré tout, Siang-Tse ne se départira jamais de son honnêteté et des valeurs profondes qui guident son quotidien.

En suivant le parcours de ce jeune garçon, on découvre ce qu’était la vie dans une mégapole chinoise avant Mao Tse Toung. On peut y voir une critique des conditions difficiles du petit peuple chinois, et il y a sans doute un peu de cela dans ce livre, mais c’est avant tout une histoire qui nous transporte dans une contrée et une époque pas si lointaines et pourtant si différentes de la réalité d’aujourd’hui.

Fort apprécié du jeune régime communiste (nommé artiste du peuple en 1951) l’auteur tomba en disgrâce dès le début de la Révolution Culturelle et mourut de façon mystérieuse à la fin des années soixante. Son œuvre, mise à l’index, tomba dans l’oubli mais Le pousse-pousse a récemment refait son apparition dans la liste de lecture des écoles dans plusieurs régions en Chine. Un roman qui mérite d’être redécouvert et que je recommande à tous ceux qui s’intéressent à ce mystérieux pays.

 

  • Auteur : Lao-She
  • ISBN 978-28773-211-1
  • Édition Editions Robert Laffont
  • Année : 1973
  • Nombre de pages : 245 pages
  • Emprunté à la BAnQ , référence S6521p (cote 3 2777 0125 9186 8)

Crédit photo : JAB

Vous pourriez aussi aimer

Aucun commentaire

Écrire un commentaire