Littérature québécoise Quoi lire?

Lactume de Réjean Ducharme

Lactume

Ayant lu L’avalée des avalés et Le nez qui voque au début de l’adolescence, mes souvenirs de Ducharme étaient plutôt flous. Je me souviens que ses livres me mettaient dans une ambiance un peu étrange et que ses histoires frôlaient l’absurde. Cependant, contrairement à certaines absurdités proches du ridicule, il me semblait que Ducharme en faisait ressortir quelque chose de profondément poétique.

Lorsqu’on m’a invité à lire et contempler l’œuvre inédite de Ducharme, sortie aux éditions du passage quelques jours seulement après sa disparition, j’ai eu envie de me replonger dans son univers, cette fois avec un regard plus mature.

C’est en 1966 que Ducharme envoie Lactume no1 et Lactume no2 à son éditeur, en s’excusant presque d’oser les lui envoyer.

Vous priant encore de ne pas me trouver insolent, dit-il dans une lettre accompagnant son colis.

Les tomes regroupent des dessins, chacun accompagné d’un très court texte, parfois même d’un seul mot. Les dessins sont pour la plupart très abstraits, dévoilant ici et là quelques formes qui nous sont familières, comme un soleil ou une fusée.

Dessin Ducharme carte

Crédit photo : Françoise Conea

À la lecture de quelques textes, on reconnaît l’époque à laquelle a écrit Ducharme.

 Les éteigneurs de guerres froides

Les allumeurs de guerres froides

Ils font rire les pauvres imbéciles comme Isabelle et moi » (Lactume, p. 212)

 

U-R-SS

CUIRASSIER (Lactume, p.133)

 

On reconnaît aussi les thèmes si chers à Ducharme, comme la désillusion face au monde adulte.

 

Les adultes sont des enfants qui se prennent pour des adultes

Méfiez-vous d’eux. Non contents de se prendre pour des adultes ils vous prendront pour des adultes et essaieront de vous vendre des réfrigérateurs, des chapeaux melon, des machines à coudre » (Lactume, p. 99.)

 

On y discerne aussi le plaisir qu’il avait à jouer avec les mots, à les déformer, les transformer et leur faire dire autre chose.

Pluvieux

Plus jeune (Lactume, p. 78)

 

Très stupide

Treize studipe

Thérèse stupide (Lactume,  p.51)

Ce qui m’a déplu au début est la retranscription de ces textes accompagnant les dessins. Les caractères imprimés sont dépourvus de ponctuation et d’espace entre les mots, rendant leur lecture difficile. Ce n’est pourtant pas de cette façon que Ducharme avait écrit ses textes sur le papier, je comprenais donc mal ce choix éditorial.

Dessin Ducharme

Au fil des pages, je me suis dit que cette retranscription m’obligeait finalement à prendre mon temps. Impossible ainsi de lire rapidement les courts textes et de tourner la page sans m’être réellement imprégnée de chaque mot et en reconnaître le pouvoir poétique.

Finalement, Lactume de Réjean Ducharme est un peu comme un baume au cœur suite à l’annonce de la perte de cette grande figure de la littérature québécoise.

 

Auteur : Réjean Ducharme

Éditions : Éditions du passage

Nombre de pages : 246 pages

Date de parution : août 2017

ISBN : 9782924397367

Vous pourriez aussi aimer

Aucun commentaire

Écrire un commentaire