Quoi lire?

La rose du ciel

Maria Richard n’a qu’un rêve, c’est de suivre les traces de son père et devenir aviatrice. Malgré ses compétences, son père s’objecte à son plan d’avenir. Grâce à l’appui de sa mère, elle s’engage dans l’armée canadienne avec l’espoir de pouvoir faire sa place au sein des forces de l’air. Il n’y a qu’un seul problème : Maria est une femme des années 50! Pendant ce temps en Allemagne, la Baronne Noire, ancienne acolyte du führer, échafaude un plan pour se venger de la défaite du parti nazi. Rien n’arrêtera la vilaine Baronne Noire sauf, peut-être, Maria.

La rose du ciel de Jipi Perreault est une bande dessinée où les femmes sont à l’honneur. On nous présente deux femmes qui, à prime abord, semblent aux antipodes l’une de l’autre. L’une représentant le bien (Maria) versus une personnification du mal (la Baronne Noire). Ces deux femmes ont pourtant plus en commun qu’il n’y paraît. En premier lieu, Maria et la Baronne évoluent dans un milieu majoritairement masculin : l’armée. Malgré les regards sceptiques de la gente masculine, elles ne reculent devant rien. Elles sont puissantes, ambitieuses et déterminées. Malgré ces similarités, les deux femmes se distinguent par leur capacité à croire en elle. Maria est anxieuse et doute d’elle-même. La Baronne, tant qu’à elle, est confiante, je dirais même arrogante. Elle se complaît dans son plan qu’elle estime sans faille tandis que Maria remet en question ses aptitudes et ses chances d’atteindre ses buts. Ses doutes seront le tremplin vers la réussite, car c’est en connaissant nos faiblesses que l’on devient meilleur.

Jipi Perreault a voulu avec La rose du ciel livrer un message d’espoir pour ceux qui vivent avec des troubles anxieux. On comprend que les pressions sociales peuvent générer beaucoup d’angoisse et qu’il peut être ardu de surmonter les épreuves liées à l’anxiété. Cependant, lorsque l’on comprend mieux les pressions qui nous empêchent d’avancer, elles peuvent devenir un levier vers nos rêves. Cette bande dessinée résolument féministe plaira autant aux filles qu’aux garçons. Le récit est palpitant et le rythme est soutenu. On espère une suite.

  • Auteur : Jipi Perreault
  • Nombre de pages : 88 pages
  • Date de parution : septembre 2018
  • Éditeur : Michel Quintin

Crédit photo : Noémie Philibert-Brunet

Vous pourriez aussi aimer

Aucun commentaire

Écrire un commentaire