Littérature québécoise Poésie Quoi lire?

La main invisible

La main invisible

La main invisible, c’est le bien-être artificiel dans lequel on aime bien se conforter, s’oublier. La plume de Charles Dionne, enseignant en français au secondaire et cofondateur du blogue Poème sale, dissèque cette dextre qui guide notre quotidien et tend à en exacerber le caractère ordinaire. Son premier recueil intitulé D’espoir de mourir maigre (La Tournure) est paru en 2013.

Charles Dionne dresse un tableau fascinant de la banalité de nos vies guidées par cette main invisible. Elle prend différentes formes dont celle de la domotique, qui nous assure un réconfortant sentiment de contrôle sur nos vies, ou encore celle de l’ergonomie, qui nous garantit un environnement de travail feutré, prévisible et favorisant la productivité.

Acheter ce livre en cliquant sur ce lien

Le souci du détail dont fait preuve le narrateur déconcerte le/la lecteur-trice. Cette fascination pour le banal nous rappelle que nous chérissons nos existences au périmètre bien délimité, même si nous aimons nous dire (et faire savoir aux autres) que nous détestons les carcans. C’est avec un flegme désarçonnant que le narrateur recense les trivialités de ses allés et venues. Même ses bonheurs et plaisirs semblent plus machinaux que sentis.

Son existence est calibrée au quart de tour tant lorsqu’il est confiné aux frontières de son cubicule et soumis à une savante gestion des ressources humaines que lorsqu’il déambule dans les allées d’un Costco. L’algorithme c’est moi, lance-t-il pour se convaincre qu’il possède encore un libre arbitre, ce malgré le fait que son navigateur internet lui indique la couleur de la prochaine chemise qu’il se procurera.

Est-il possible de combler la vacuité de nos existences en cet âge du cyber ? La main invisible force le/la lecteur-trice à réfléchir à cette question qui rompt le charme fragile de la domotique. Ce sont les travers et les événements fortuits de nos vies qui nous permettent d’émerger d’une monotonie s’apparentant à celle dépeinte par le narrateur. Une barre tendre écrasée au fond d’un sac à dos, des rencontres naïves à Berlin, une bière chaude ou encore des mouches qui s’agglomèrent sur une ampoule. Tous ces contacts nous électrisent bien plus que n’importe quel algorithme.

Au contact des pages de ce livre, on se déleste tranquillement de la main invisible posée sur notre épaule. La plume de Charles Dionne est elle-même un remède pour les maux contemporains qu’il met en prose.

 

  • Auteur : Charles Dionne
  • Date de parution :  2016
  • Éditeur: Le Quartanier
  • Nombre de pages : 112 pages
  • ISBN : 9782896982905

 

Crédit photo : Vincent Boucher

Vous pourriez aussi aimer

Aucun commentaire

Écrire un commentaire