Littérature québécoise Société

La langue affranchie

la langue affranchie

L’an dernier, Anne-Marie Beaudoin-Bégin a publié La Langue rapaillée : combattre l’insécurité linguistique des Québécois, un excellent ouvrage qui m’avait grandement émerveillé. L’auteure, tout en humour, y présente sa vision du français québécois : une variété du français aussi intéressante et complexe que toutes les autres. Elle détruit les préjugés que beaucoup de Québécois entretiennent concernant leur langue. Elle veut résoudre l’insécurité linguistique dont presque toute la province souffre, particulièrement lorsque le Québec se compare à la France.

Elle récidive cette année avec La langue affranchie : se raccommoder avec l’évolution linguistique un essai qui s’avère, en quelque sorte, la suite du premier. Celle qui se surnomme L’insolente linguiste sur Facebook (je vous invite à la suivre, elle est passionnante) décortique les facteurs d’évolution qui influencent les langues et particulièrement, le français québécois. Pas besoin d’être un francophile fini pour apprécier cette partie de l’ouvrage : l’auteure sait rendre ce sujet très intéressant. Au fil de la lecture, on comprend pourquoi le français est ce qu’il est aujourd’hui et pourquoi, entre autres, le québécois a sa propre personnalité. On réalise aussi que notre langue n’est qu’une goutte dans l’océan linguistique et que nous ne sommes pas plus merveilleux qu’un autre. C’est bon de se le rappeler.

Beaudoin-Bégin se concentre ensuite sur la situation du français québécois (et du français en général) face à l’anglais. Elle aborde le sujet d’une façon rationnelle et historique, angles qui sont souvent oubliés lorsque nous parlons de culture avec passion. Lingua franca du vingt et unième siècle, elle refuse de diaboliser la langue de Netflix. Très intéressant de la part d’une linguiste francophone, mais si on connaît un tant soit peu le travail de L’insolente linguiste, c’est très peu surprenant. Elle propose plusieurs pistes de réflexion afin de redorer (ou revamper) l’image du français au Québec et, rêvons un peu, dans le monde.

La langue affranchie est un essai savoureux qui remet en perspective notre attitude face à notre langue et notre manière de l’utiliser. Bien qu’Anne-Marie Beaudoin-Bégin soit beaucoup moins insolente dans ses livres que sur Facebook, son petit ton ponctuellement grinçant est une très bonne façon de démocratiser un sujet qui, du premier coup d’œil, peut sembler ennuyeusement sérieux. Il y a même le danger de lire trop vite l’ouvrage et de ne pas prendre le temps de réfléchir à ce qu’on lit.

Tant pis, on le relira.

  • Auteure: Anne-Marie Beaudoin-Bégin
  • Éditeur: Somme toute
  • Nombre de page
  • 128 pages
  • ISBN: 978292460637

 

Vous pourriez aussi aimer

Aucun commentaire

Écrire un commentaire