Bande dessinée Littérature étrangère Quoi lire?

Joséphine Baker

Josephine Baker

On dirait que Joséphine Baker a eu plusieurs vies : d’une naissance en 1906 dans un Missouri pauvre et ségrégé, elle est d’abord devenue serveuse, puis danseuse étoile de music-hall à Broadway, première star internationale noire durant les années folles, actrice, muse de grands artistes, résistante lors de la deuxième guerre et décorée par De Gaulle, multiples fois épouse, activiste pour le mouvement des droits civiques aux Etats-Unis aux côtés de Luther King et mère adoptive d’une douzaine d’enfants en provenance de tous les continents (qu’elle appellera sa tribu arc-en-ciel). C’était donc un défi pour le moins ambitieux que de traduire sa vie hors normes au parcours tumultueux en un seul roman graphique, qui serait à la fois plaisant et accessible.

Acheter ce livre en cliquant sur ce lien

Dessin Josephine Baker

Crédit photo : Caroline Dawson

Plus de 3 ans de travail documenté sous le conseil historique de Jean-Claude Bouillon-Baker (un des fils adoptifs de Baker) et 500 pages plus tard, le duo Catel & Bocquet réussissent à rendre compte du destin épatant de cette grande dame. Sous le signe de l’émancipation, on y voit une vie de combats : Baker (née Freda Joséphine McDonald) est femme, pauvre et Noire, tout autant d’handicaps dans l’Amérique du début du siècle dernier. Conjuguant ainsi ces oppressions, elle fera de son destin un parcours de combattante pour l’égalité, l’altruisme, la solidarité sans frontières. Libre et émancipée, tous ses engagements (autant artistiques que politiques) pourront se lire comme une façon de briser les tabous sexistes, racistes, inégalitaires et oppressants de son époque.

La dessinatrice Catel, que l’on connaît pour ses biographies de Kiki de Montparnasse (beau best-seller) et d’Olympe de Gouges (fort décevant à mon avis), a l’habitude de grands destins de femmes rebelles. Elle qui se fait un point d’honneur à redonner leurs lettres de noblesse à ces grandes femmes oubliées des manuels d’histoire, dessine ici une Joséphine Baker à la fois courageuse, incroyablement dynamique et farouchement déterminée. Ses dessins en noir et blanc ont un sens du mouvement remarquablement bien réussi, qualité qu’on ne peut passer sous silence lorsque l’on a sous les yeux la vie d’une danseuse aussi énergique que colorée.

Malgré ses 564 pages (dont une centaine qui forment un supplément historique de notices biographiques des personnages retrouvés dans le livre) ce costaud roman graphique se dévorera rapidement, notamment parce qu’on assiste à la vie plus grande que nature de Baker, mais aussi parce la protagoniste est dépeinte avec une personnalité aussi attachante que flamboyante.

 

  • Dessinatrice : Catel Muller
  • Scénariste : José-Louis Bocquet
  • Date de parution : 2016
  • Édition : Casterman
  • Nombre de pages : 564 pages
  • Provenance : Librairie coopérative du Cégep Édouard-Montpetit

Crédit photo : Caroline Dawson

Vous pourriez aussi aimer

Aucun commentaire

Écrire un commentaire