Littérature québécoise Quoi lire? Société

Je suis féministe? Je suis féministe.

Je suis féministe

Nous sommes en 2008. Les blogues, les réseaux sociaux, les téléphones intelligents commencent à peine à entrer dans la vie du (de la) citoyen.ne moyen.ne.  La plupart des gens utilisent un ordinateur pour se connecter à Internet. C’est le cas de Marianne et Isabelle, jeunes féministes à la recherche d’un endroit qui leur ressemble sur le web. Constat : il n’existe aucun espace virtuel pour discuter entre féministes en français. Décision: créons-le, cet espace! C’est ainsi qu’est né Je suis féministe, le blogue.

Acheter ce livre en cliquant sur ce lien

En 2016, le blogue a évolué, est florissant et compte plusieurs collaboratrices régulières ou occasionnelles. C’est un lieu de discussion et d’échange dynamique et subversif. Marianne Prairie et Caroline Roy-Blais (qui s’est jointe à l’équipe) constatent que certains billets publiés sont toujours d’actualité, mais dorment dans les archives du blogue. Afin de rejoindre un plus grand nombre de lectrices (et de lecteurs, pourquoi pas?) et d’assurer la pérennité des textes, l’idée du livre germe dans leur esprit. Et voilà la petite histoire de Je suis féministe, le livre, un recueil de billets et chroniques parus au fil des ans sur le blogue du même nom.

Nous ne sommes pas ici devant des écrits académiques, mais bien devant des réflexions concernant des enjeux réels qui préoccupent les féministes d’aujourd’hui. Le niveau de lecture sied donc autant aux néophytes qu’aux féministes aguerries.   C’est, à mon avis, une force du livre que de rendre accessibles des débats sur des enjeux de fond. Les billets sont répertoriés par thématiques, précédées d’une mise en contexte. On ratisse large, allant de l’avortement aux magazines dits féminins en passant par les groupes féministes qui font l’actualité (Pussy Riot, Femen, etc.) Les chroniques sur la violence faite aux femmes sont terriblement choquantes, celles sur la représentation des femmes dans les productions hollywoodiennes et dans les publicités, rudement frustrantes et celles sur l’intersectionnalité (oppressions multiples), particulièrement enrichissantes.

Je me dois de souligner tout de même que certains billets m’ont déplu. J’étais clairement en désaccord avec le ton, le propos ou l’argumentaire. Toutefois, je n’en ai pas moins aimé le livre. Au contraire, cela m’a amené à me positionner en tant que féministe, à préciser mes propres idées et à développer mes contre-arguments. J’adhère à ceci. Je n’adhère pas à cela. De toute manière, le féminisme n’est pas un bloc monolithique. Le choc des idées permet l’avancement et l’enrichissement de la cause.

Alors, chapeau à ces deux filles qui ont décidé de s’approprier un espace, de créer de la matière là où il y avait un vide. Ça prend tout un courage, de la détermination et de la persévérance pour le faire. Vous en parlerez aux deux fondatrices de Page par Page… 😉

  • Auteures: Marianne Prairie et Caroline Roy-Blais (sous la direction de)
  • Nombre de pages: 195
  • Date de parution: 2016
  • Éditeur: Les Éditions du remue-ménage
  • Provenance du livre: Librairie féministe L’Euguélionne

Crédit photo : Marie-Hélène Legault

Vous pourriez aussi aimer

Aucun commentaire

Écrire un commentaire