Littérature québécoise

Infirmes

infirmes

Paru aux éditions Triptyque, Infirmes est le premier roman de Yoan Lavoie. Tuteur et suppléant au Collège Jean-de-Brébeuf, ayant fait des études supérieures en histoire, en littérature, en création littéraire et en cinéma, cet auteur sorellois signe avec une main de maître ce livre touchant et drôle, qui fera réfléchir quiconque le lit.

Dès le début du roman, Yoan, signe un contrat d’aide académique avec Martin, un handicapé moteur. Il s’embarque alors dans une aventure à laquelle il ne pensait pas prendre part. C’est à travers leur relation que nous apprenons à mieux connaître Martin, et ce, d’une façon assez inattendue. En effet, contrairement à ce que l’on peut s’attendre d’un roman basé sur la vie d’un handicapé, ici on est loin de sortir les violons pour en parler. Le narrateur ne se cache pas pour dire ce qu’il pense vraiment de Martin. Entre autres, il lui reproche sans aucune gêne son vocabulaire grossier, ses énormes postillons et la redondance de ses sujets préférés : les pets et les excréments. Inévitablement, nous apprenons aussi à connaître Yoan, mais avec ses yeux à lui, puisqu’il est le narrateur principal du roman. Ayant un TDAH important, il est intéressant de voir les problèmes avec lesquels il vit au quotidien. Le combat qu’il mène afin d’obtenir son diagnostic officiel amène une certaine intrigue à l’histoire. Infirmes, chacun à leur façon, Martin et le narrateur finissent par se lier d’une amitié pas comme les autres. Une amitié vraie et sans artifices, qui donne le ton à cette histoire où se croisent l’injustice et l’humour.

J’ai beaucoup aimé ce roman. Bien qu’il traite d’un sujet lourd,  l’humour du narrateur et les paroles tout à fait loufoques de Martin rendent cette histoire drôle et légère. Les personnages sont humains et on s’y attache rapidement.  La façon dont l’auteur a choisi d’aborder ces handicaps, nous permet de ne pas nous apitoyer sur le sort des personnages, mais plutôt de voir une autre facette de leur vie, avec leurs yeux à eux. Malgré tout, certains passages sont plus tristes que d’autres et cela ajoute une touche d’humanité à l’histoire. Ce roman m’a fait vivre plusieurs émotions et m’a aussi fait réfléchir sur la manière dont on traite les handicapés dans la société d’aujourd’hui. Un roman divertissant, qui touche et qui fait réfléchir.

 

 

 

Vous pourriez aussi aimer

Aucun commentaire

Écrire un commentaire