Littérature québécoise Nouveauté Quoi lire?

Ici, ailleurs

Ici, ailleurs

Matthieu Simard ne passe jamais inaperçu lorsqu’il publie un ouvrage. Ses premiers titres, Échecs amoureux et autres niaiseries (Stanké, 2004) et Ça sent la coupe (Stanké, 2004) l’ont immédiatement hissé dans les premières places des auteurs les plus prometteurs. Honneur qu’il a su respecter en publiant par la suite d’autres romans toujours aussi bons tels que La tendresse attendra (Stanké, 2011) et la série pour adolescents Pavel (La courte échelle, 2008-2009).

Cet automne, il revient en force après avoir scénarisé le film Ça sent la coupe (issu de son roman du même titre) avec un nouveau roman : Ici, ailleurs aux éditions Alto. Il raconte l’histoire trouble de Simon et Marie, couple venant tout juste de quitter la ville pour s’établir dans un village se désertant un peu plus chaque année.

On se rend vite compte que Simard explore une nouvelle forme de narration. Il nous a habitués à des histoires racontées à la première personne, très souvent par un homme (mise à part une exception, à ma connaissance, dans le recueil de nouvelles érotiques Nu (Québec Amérique, 2014) où une femme prend la parole). N’empêche, dans Ici, ailleurs, les deux personnages principaux prennent la parole à tour de rôle. C’est une façon extrêmement intéressante de présenter l’histoire, puisque les deux personnages sont complexes et voient chaque événement de façon différente.

Les personnages sont d’ailleurs la force de ce roman. Simon et Marie forment un couple relativement ordinaire, mais hanté par une tragédie. Les deux personnages sont sur la même longueur d’onde la plupart du temps, toutefois il leur arrive de voir ou de vivre le même événement de façon manifestement opposée. L’incohérence même de certains gestes rend le roman surprenant et peint bien le traumatisme passé. Le travail de la complexité et la profondeur des personnages a toujours été apprécié dans le travail de Simard, et cet ouvrage n’y fait pas exception.

On constatera par contre que le roman est moins drôle que les précédents. Au début, Simard avait la plume comique, mais au fil des années, on le remarquera avec La tendresse attendra, il tend vers la mélancolie. Comme c’est bien fait et que les mots coulent doucement, ce n’est pas du tout un désagrément. Néanmoins, les amateurs des premiers romans de Simard seront peut-être déçus. Je conseille à ceux-là de lire La tendresse attendra d’abord, afin d’apprécier davantage le changement de cap.

Bref, Ici, ailleurs est un bon coup supplémentaire de Matthieu Simard. Sa douceur, sa mélancolie et surtout la profondeur des personnages font du roman une lecture primordiale cet automne.

 

  • Auteur : Matthieu Simard
  • Éditions : Alto
  • Date de parution : septembre 2017
  • Nombre de pages : 128 pages

Crédit photo : Patrice Sirois

 

Vous pourriez aussi aimer

Aucun commentaire

Écrire un commentaire