Littérature québécoise

Filles

filles

On entend beaucoup parler des Milléniaux ces jours-ci, de leur exhibitionnisme, de leur supposée paresse et de leur franc-parler. Marie Darsigny fait indéniablement partie de cette génération émancipée et irrévérencieuse, mais surtout écorchée par les exigences d’une société performante, compétitive et individualiste. En lisant les poèmes de Filles, c’est surtout son inadéquation et son refus de ce monde fait pour les gens adaptés et efficaces, que Darsigny met de l’avant.

Il faut lire Filles comme une invitation abrupte d’exploration dans l’univers des jeunes femmes d’aujourd’hui. Darsigny dévoile tout : la maladie, le désir, la jalousie, la conquête avec de nombreuses références à la littérature, mais à l’univers Internet et à la culture pop. Elle crache sa déception sur ceux qui réussissent, son ennui face aux gens conformes et son dépit devant ceux qui arrivent simplement à se sortir du lit le matin.

profile pic avec un magnum de champagne/ profile pic avec une craque de seins/ profile pic avec un enfant qui sourit/ ma psy a une vie personnelle complète et équilibrée/ dans laquelle je n’existe pas (Stalkage Facebook)

Pour autant, elle ne s’efface pas : elle hurle. Le regard des autres est au cœur de son recueil et il relève davantage sa peur de ne pas exister que d’une indécence gratuite. Ses poèmes reflètent un besoin de laisser une trace, n’importe laquelle, même la plus crasse. Tant pis si celle-ci est du lipstick cheap, du moment où on actualise son existence. Cette conscience de soi, impudique et sans cesse mise de l’avant, pourrait irriter si ce n’était de la solitude qu’elle trahit et du talent brut de l’autrice.

Darsigny ne nomme pas les filles qui croisent son chemin. Elle les énumère, comme autant de pilules avalées, comme autant d’objets perdus. Elle est meurtrie et nous met la tête dans ses blessures.

nouveau iPhone/ enfin Tinder/ sur ta photo tu lis/ Les filles en série/ pendant que je swipe left / et passe à la suivante (Fille #17)

Bien qu’elle ait déjà publié chez Metatron en anglais son recueil A little death around the heart en 2014, Filles est son premier livre de poésie publié en français. On attend son second, que l’on espère aussi sauvage, avec impatience.

  • Autrice : Marie Darsigny
  • Éditeur : Éditions de l’Écrou
  • Année : 2017
  • Nombre de pages : 87
  • ISBN : 978-2-924682-07-4

Crédit photo : Caroline Dawson

Vous pourriez aussi aimer

Aucun commentaire

Écrire un commentaire