Littérature québécoise Quoi lire?

Étincelle

Étincelle

Michèle, une Québécoise, vit en Chine où elle habite avec son conjoint chinois, le jeune fils de celui-ci et sa belle-mère. Elle donne des cours d’anglais dans une université et est particulièrement liée d’amitié avec Song, une enseignante chinoise qui se fait un plaisir de lui apprendre un tas de choses sur la culture de son pays.

À l’occasion de son anniversaire, Song lui promet un souper typique, fait selon la tradition chinoise. Ce cadeau est un honneur, puisque Song ne cuisine habituellement jamais. Le soir de son anniversaire, Michèle ne peut cependant pas refuser la proposition de dernière minute de son amoureux et décide de reporter le souper à une prochaine fois.

Song ne lui en veut aucunement et décide tout de même de cuisiner ce qu’elle avait prévue, puisque tous les ingrédients ont été acheté et risquent de se perdre. C’est au son de la voix de Leonard Cohen qui résonne dans son système de son que Song allume le four au gaz de son appartement et que tout saute.

Au départ, on se demande si la survie de la jeune chinoise est une chance ou une malédiction étant donné les souffrances inimaginables dont elle sera victime pendant des années.

Michèle, rongée par la culpabilité et sachant qu’elle y a échappé de peu, ne lâchera pas son amie. Elle la visitera tous les jours dans l’hôpital mal équipé où elle se rétablira pendant plus d’un an. Nous suivons l’évolution de son rétablissement, une chirurgie à la fois, un jour à la fois.

La souffrance des grands brûlés y est tangible, bien que je sois consciente que jamais une histoire ou une description dans un livre ne pourrait véritablement rendre l’ampleur de la douleur qu’ils doivent ressentir pendant leur long parcours vers la guérison.

Song est un personnage surprenant. Pendant de longs chapitres, elle ne peut même pas parler. Pendant presque la totalité de celui-ci, elle ne peut bouger. Pourtant, elle dégage une force incroyable, elle s’obstine à vivre, garde espoir et surprend tout le monde par son courage.

Michèle vit des émotions difficiles à saisir. Culpabilité, sentiment de responsabilité, dévouement, amour, amitié, tendresse, détresse sont toutes les facettes de son propre rétablissement face à ce qui s’est passé. Elle doit côtoyer les parents de Song qui séjournent en permanence à l’hôpital, puisqu’ils vivent normalement dans une campagne éloignée. Elle se retrouve aussi confronté à l’état chancelant de son couple et remet en question ses choix de vie.

Le moindre que je puisse dire est que le thème de ce roman est original. Ce n’est pas une histoire d’amour, un roman d’aventure ni une grande introspection philosophique. C’est l’histoire d’un rétablissement face à un événement tragique. Ce sont les interventions chirurgicales, les lacunes d’un système de santé, un gouvernement peu responsable et soucieux de sa population, mais c’est aussi la preuve de la capacité de certains êtres humains à rivaliser avec la mort et à s’accrocher à la vie coûte que coûte.

 

  • Autrice : Michèle Plomer
  • Éditions : Marchand de feuilles
  • Date de parution : 12 octobre 2016
  • ISBN : 9782923896618

Crédit photo : Marie Gravel

Vous pourriez aussi aimer

Aucun commentaire

Écrire un commentaire