Littérature étrangère Quoi lire?

Errance

Sophie traverse aussi de longues périodes silencieuses, à Paris comme au Havre. Sophie s’énerve si je lui demande ce qu’elle a. C’est comme si elle s’étonnait que notre appartement soit aussi habité par un homme et une enfant.

– p. 12

Stefano signe sa fin de contrat au Havre. Amoureux de Sophie, père d’Elisa, il accepte de quitter un emploi un peu à reculons, s’étant inventé des problèmes de santé, suite à une dégradation de l’ambiance de travail. Amer, il est toutefois convaincu que la vie de famille et l’ouverture des possibles pourrait lui faire du bien. Les journées commencent à filer entre le bonheur familial et l’absence de rythme. Rapidement, au détour d’une salle de musée, Stefano croise une femme aux allures de Rebecca. Dans la nuit, entre sueurs et rêves fiévreux, Rebecca réapparait. Les jours passent, entre pérégrinations photographiques dans le port et Pôle Emploi. Un matin alcoolisé, Erica apparaît. Qui sont ces femmes qui replongent Stefano dans le passé? Leur silhouette, leur reflet, leur présence évaporée qui hantent le quotidien de Stefano nous amènent à rencontrer Bruno. Qui est-il? Pourquoi a-t-il disparu? Entre passé, présent et futur, nous découvrirons la vie d’un homme qui n’est pas qui il prétend.

Sur le boulevard Amiral Mouchez, j’avance dans une bulle. Une pause inquiète et lucide dans mon présent. Je ne suis ni Italien ni Français, ni chômeur ni salarié, ni père ni compagnon. Je ne suis rien. Cela me fait du bien.

– p. 41

Je me suis perdue avec grand plaisir dans le labyrinthe d’histoires et de personnages crée par Mattia Scarpulla dans Errance. L’auteur nous fait voyager de villes en villes, entre Paris, Brest, Le Havre et l’Italie au complet, à travers le regard d’un personnage surprenant, sympathique, désagréable, bizarre et mystérieux tout à la fois. On plonge dans le Paris des Italiens, dans l’histoire terroriste de l’Europe, dans des enjeux de bourgeoisie révolutionnaire et contradictoire. J’ai été surprise à diverses reprises et j’ai fini par dévorer ce premier roman : le ton, le rythme, l’histoire, l’ambiance, tout est parfait.

À ajouter à votre Pile de Livres à Lire, sans faute.

  • Auteur : Mattia Scarpulla
  • Maison d’édition : Annika Parance Éditeur
  • Date de parution : 2020
  • Nombre de pages : 338

Crédit photo : Annick Lavogiez

Vous pourriez aussi aimer