Nouveauté Poésie Quoi lire?

De la poésie qui rocke à la Peuplade 

Tout d’abord, je dois vous avouer que ça m’a pris du temps à écrire cet article, ça m’arrive souvent lorsque j’ai un coup de cœur et ce fut le cas ici aussi. La peur de ne pas rendre justice aux œuvres, de ne pas trouver les mots justes aussi pour vous donner envie d’aller vous procurer cette prose plus que magnifique. La Peuplade a publié deux recueils de poésie ce printemps et bien que les deux soient complètement différents, ils ont su me toucher: Musique de Stéfanie Tremblay et Mouron des champs de Marie-Hélène Voyer. 

Musique
de Stéfanie Tremblay

L’autrice et photographe Stéfanie Tremblay nous partage avec Musique son adolescence du début des années 2000 à Jonquière. Sous les thèmes de l’adolescence, du punk, du party, de la liberté sexuelle, des régions, l’autrice nous fait revivre notre propre adolescence et tous les changements de mentalité aussi qu’il y a eu depuis. Ses textes sont parfois violents, mais plus souvent encore, très touchants. Elle nous parle aussi, pas le choix, des amitiés, des amours intenses de la jeunesse, de la beauté qui ressort aussi de toute cette période intense. Le recueil est documenté aussi par les photographies prises par l’autrice de toute cette période. Ce qui fait de cet ouvrage, une petite exposition qu’on aime revisiter. 

Rien n’est plus sincère 
Que cet amour pour les têtes de mort  

– p. 16

Salut à toi rock star de quartier 
Comment fait-on maintenant 
Pour effacer ton autographe tatoué sur nos poitrines ? 
Avec nos larmes ? 
Et que faire de ma guerre 
Ce petit drame adolescent 
Bataille tes amours de femmes en série 
Sœurs de bite 
Soudaine sororité 
Je ne comprends pas ce que ça veut dire 
Aucune photo ne cicatrise l’évènement  

– p. 95
  • Autrice: Stéfanie Tremblay 
  • Parution: 2022 
  • Nombre de pages: 109 

Mouron des champs
de Marie-Hélène Voyer

Quant à Mouron des champs de Marie-Hélène Voyer, il est un coup de cœur du début à la fin. Recueil qui fait l’éloge des femmes fortes élevées à la dure, en campagne. J’ai reconnu mes grands-mères dans cet ouvrage, la force physique, psychologique que ça leur demandait. La peur aussi de mettre au monde d’autres filles dans un univers qu’elles savaient sans pitié pour les femmes. 

Nous battons la campagne 
Nous les vlimeuses les filles de fermiers les pauvresses 
Du bout du rang nous avançons libres dans les lumières 
Lentes farouches dans les foins foulés nos crignes sont 
Coiffées de toques de chardons de pétards de silènes et 
D’herbes à dinde nous sommes les petites gueuses les 
Garçonnes les gouailleuses pleines d’entrain 
Les enfants maigres de toutes les grâces refusées

– p. 15

Le rythme de l’autrice, le langage familier de nos ancêtres m’ont tellement plu que je ne pouvais plus m’arrêter. J’ai retrouvé avec ces mots archaïques, une odeur de foin dans une petite cuisine à la tombée du jour. Marie-Hélène Voyer a réussi avec brio à me transporter dans son univers. 

Nos mères  
Braves et vives 
Dans leurs odeurs d’épuisement 

– p. 54

Un hommage à sa mère, à hommage à nos mères et nos grands-mères et il sera un hommage à nos filles, beau et tellement juste. C’est un recueil de poésie et c’est tellement plus que ça, c’est une étude sociologique, c’est un album photos, c’est un livre d’histoire, un journal intime. C’est magnifique.  

  • Autrice: Marie-Hélène Voyer 
  • Parution: 2022 
  • Nombre de pages: 197 

Crédit photo: Valérie Ouellet 

 

Vous pourriez aussi aimer