Littérature québécoise Nouveauté Quoi lire?

Créatures du hasard

Créatures du hasard

Lula Carballo, écrivaine et poétesse québécoise d’origine uruguayenne, a publié ce printemps son premier récit chez Le cheval d’Août. L’histoire étant largement inspirée de son enfance en Amérique du Sud et de sa famille, c’est dans un état de rêve qu’on lit ce magnifique tableau.

La narratrice est une enfant vivant avec sa famille dans un quartier populaire que l’on devine en Amérique du Sud. Elle nous raconte ses observations, des anecdotes et son opinion sur tout ce qui gravite autour d’elle. On rêve à la fois dans la naïveté enfantine et dans la vérité que seul un être n’ayant pas été brisé par les bonnes manières peut se permettre de raconter. Le tout est raconté avec une simplicité rafraîchissante, par petits paragraphes rappelant facilement un recueil de poésie.

L’écriture de Carballo est douce comme les souvenirs d’enfance qui bercent nos élans de nostalgie en noir et blanc. La fondation de chaque phrase est d’une solide poésie qui amène avec elle dans le soleil du sud sur les pages du livre. Même si on a souvent un pied dans la tristesse, l’auteure réussit à nous arracher un sourire grâce à la tendresse des mots qu’elle laisse couler sur les pages.

À la suggestion de l’éditeur, on retrouve aussi à travers les pages une multitude de photographies ancrant l’œuvre dans l’autofiction. Papiers de bonbon de l’Uruguay, vieux billets de loterie, autobus scolaires et autres objets du passé de l’auteure se succèdent entre deux paragraphes. Ces images, formidable idée, nous aspire concrètement dans le monde de la narratrice, comme si nous étions témoin de tous ses souvenirs.

Créatures du hasard est un récit où la trame narrative importe peu, mais pour lequel nous sommes prêts à tourner page après page, ne serait-ce que pour s’abreuver de la prose de Lula Carballo.

 

  • Auteure : Lula Carballo
  • Date de parution : 30 avril 2018
  • Éditeur : Cheval D’août
  • Nombre de pages : 160 pages

 

Crédit photo : Patrice Sirois

Vous pourriez aussi aimer

Aucun commentaire

Écrire un commentaire