Bande dessinée Littérature québécoise Quoi lire?

Conventum

Pascal Girard est un bédéiste qui a publié plus d’une dizaine d’œuvres depuis ses débuts. En 2018, La Pastèque a réédité son livre Conventum, publié pour la première fois en 2011. 

Conventum est l’histoire de Pascal qui voit sa vie bouleversée par une invitation à des retrouvailles de son école secondaire. Bouleversée vous semble un bien grand mot ? Eh bien, pour Pascal, c’est littéralement le cas. Il se met à angoisser à l’idée de revoir ses anciens camarades et surtout, son ancien béguin. Il se met à la course pour maigrir et s’y lance corps et âme. Une fois le conventum arrivé, tout ce qui peut mal tourner devient un désastre.  

D’abord, c’est un livre assez dur à lire dans le sens où on assiste, impuissants, au personnage qui s’enfonce dans les faux pas et l’humiliation. En fait, Girard transmet tellement bien les sentiments qu’on se sent mal d’assister à la scène, même s’il ne s’agit que d’une bande dessinée de fiction. L’auteur dépeint l’anxiété et les réflexes maladroits à merveille. Trop à merveille, même. Le personnage, perdant toutes ses habiletés sociales dès le moment où il reçoit la lettre, ne fait qu’aggraver son cas constamment, mais l’auteur peint cette spirale avec une minutie qui nous fait mal.  

Pascal Girard est un bédéiste relativement minimaliste dans ses dessins, et c’est très bien réussi. Il est même dangereux de tourner les pages trop vite et de ne pas admirer le talent de dessinateur de l’auteur. Il tente modestement de nous amener dans l’histoire sans se lancer dans les grands dessins, mais lorsqu’on y porte attention, on découvre la beauté de chaque petit détail.  

Conventum est une réussite qui nous met en scène à merveille tout l’embarras dans lequel on peut sombrer quand on se met trop de pression. On s’identifie facilement à Pascal, même s’il tombe beaucoup plus bas que nous. Enfin, je vous le souhaite.  

  • Auteur : Pascal Girard 
  • Éditions : La Pastèque 
  • Date de parution : 2018 
  • Nombre de pages : 156 pages 

Crédit photo : Patrice Sirois

Vous pourriez aussi aimer

Aucun commentaire

Écrire un commentaire