Littérature québécoise Quoi lire?

Comprendre la tempête

Récolter la tempête

Je suis une proie de choix pour la nostalgie : je pense que tout ce qui distingue ma génération, des bébelles insipides aux mouvements sociaux, est ce qu’il y a de plus intéressant. La modération, très peu pour moi, merci. C’est donc avec une avidité peu mesurée que je me suis jetée sur le premier roman de Benoît Côté intitulé Récolter la tempête qui met en scène un groupe d’amis qui ont vécu leur adolescence à quelques patelins du mien au cœur des années 90. Les référants aux années qui m’ont vue me révolter se multiplient dans ce roman d’apprentissage, mais là n’est pas sa plus grande qualité. En effet, la justesse de l’écriture, sa clairvoyance, épate la lectrice en moi qui en a pourtant bien lu d’autres.

Vers quinze ans, je savais pas encore très bien mesurer la conscience exagérée que j’avais de moi-même par rapport à l’indifférence réelle des autres. Chercher les regards tout en les craignant : c’est la croix que doit porter l’adolescent.» (p.34)

Chialer, ça calme les humains impatients et ça leur donne l’impression qu’ils ont raison tout en assurant l’ordre divin qu’ils feront jamais rien pour changer quoi que ce soit à la situation. Un win-win théologique. (p.76)

Et que dire de la finesse des dialogues dont je me suis délectée à grande lampée.

L’histoire est pourtant bien simple : un groupe d’adolescents tentent d’avoir du plaisir dans ce monde souvent trop grand pour eux. Ils font la fête, tentent des expériences propres à l’adolescence. Ce roman m’a rappelé ma lecture du roman bientôt adapté à l’écran La déesse des mouches à feu, mais campé dans un univers un peu moins trash, moins dramatique. L’une des forces du roman est sa plongée au cœur de l’adolescence masculine en évitant les clichés du genre. Oui, il est question de femmes nues, de masturbation et de premiers émois sexuels, mais ces expériences permettent de mettre en lumière des réflexions plus profondes sur la portée de ces expériences dans une vie.

Ce roman m’a amenée à renouer avec la jeune fille en moi, cette adolescente qui tente de transcender des peurs pour mieux se rencontrer et qui essaie de comprendre le monde par le biais des grands auteurs. Toutes les découvertes littéraires du personnage principal en quête d’unicité alimentent le lecteur et enrichissent sa lecture. Côté se permet également de mettre en scène des personnages qui se questionnent sur leur milieu socio-économique sans sombrer dans un misérabilisme agonisant. Malgré que la fin m’ait justement laissée sur ma faim, j’ai eu la vive impression à plusieurs moments de tenir entre les mains un grand roman.

 

  • Auteur : Benoît Côté
  • Nombre de pages : 342 pages
  • Date de parution : avril 2018
  • Éditions : Triptyque
  • ISBN : 9782897419707

Crédit photo : Karine Villeneuve

Vous pourriez aussi aimer

Aucun commentaire

Écrire un commentaire