Lecteurs Qui?

La lecture dans la vie de Patricia Paquin

Patricia Paquin

Patricia Paquin a de nombreuses fois associé sa voix à la lecture. L’importance de la lecture avec les enfants, ainsi que la lecture dans sa vie.

C’est pourquoi notre entrevue s’est déroulée sous ces deux thèmes. Elle m’a premièrement parlé de la place qu’occupe la littérature dans sa vie de maman.

Son premier fils Benjamin a 15 ans. La lecture a très tôt occupé une place importante dans leur relation. À ce moment, Patricia était mère monoparentale, n’avait qu’un seul enfant – donc plus de temps – et elle se rappelle avoir passé de belles soirées avec lui, dans sa chambre, à lui raconter des histoires de façon systématique tous les jours. La lecture l’a d’ailleurs beaucoup aidé dans le développement de son langage, puisqu’il est atteint d’un trouble envahissant du développement du spectre de l’autisme.

Ensuite vint Gabriel, aujourd’hui âgé de 6 ans. Gabriel est quant à lui un petit garçon très actif et Patricia admet avoir plus de difficulté à le garder tranquille devant un livre. Elle respecte son caractère différent et ses intérêts, tout en continuant de lui présenter des livres pouvant lui plaire. Elle se dit que le goût de la lecture lui viendra possiblement plus tard, comme ce fut le cas pour elle.

Finalement, il y a Florence, presque deux ans, qui est encore dans la phase des livres en images et qui apprécie la répétition. Chaque soir elle regarde donc le même livre de canard avec sa fille.

Quant à elle-même, Patricia admet avoir moins de temps qu’elle le souhaiterait pour lire, avec sa vie familiale et sa carrière. Elle a tout de même souvent une lecture en cours, parfois pour le travail en tant qu’animatrice radio, parfois pour le plaisir.

Tel qu’écrit plus haut, la lecture est arrivée assez tard dans la vie de Patricia. Elle me dit sans complexe qu’au départ, lire était ardu pour elle et que c’est seulement vers quinze ou seize ans qu’elle fut envoutée par la lecture. Elle s’était, cette année-là, inscrite à un cours de littérature française dans lequel elle a lu divers classiques tels que Mme Bovary, une œuvre dont Luc Simard, bibliothécaire, m’avait déjà vanté la beauté dans une précédente entrevue. Bref, suite à cette première expérience littéraire, la lecture n’a plus jamais quittée Patricia.

Patricia ne garde pas ses livres et n’a donc pas de bibliothèque chez elle. Elle préfère que ses livres voyagent. C’est pour cette raison qu’elle les offre à des amis, de la famille ou des œuvres de charité.

img_9135Elle a donc pris les livres qui lui sont tombés sous la main pour notre rencontre. Elle lit présentement la biographie de France Castel récemment parue aux Éditions de La Presse. Elle a aussi apporté un livre en espagnol qu’elle a acheté lors d’un voyage au Mexique. Elle s’est dit que ses quelques cours dans cette langue lui permettraient de comprendre la base et qu’elle chercherait la signification des autres mots.

Comme un romanFinalement, quand je lui demande quel livre l’a marqué dans sa vie, elle me parle de Comme un roman  de Daniel Pennac et m’offre son exemplaire. Je suis plus qu’enchantée par cette générosité et ai très hâte de le lire. En attendant, elle me pointe la quatrième de couverture, qui dresse une liste des droits des lecteurs. Elle m’y fait remarquer que l’auteur y a inscrit qu’un lecteur a le droit de ne pas lire, comme il a le droit de ne pas terminer un livre. J’essaierai donc de mettre ce dernier point à l’œuvre à l’avenir, moi qui ai encore bien de la difficulté à abandonner une lecture en cours.

Crédit photos: Valérie Léger

 

Vous pourriez aussi aimer

Aucun commentaire

Écrire un commentaire